Arkheia, revue d'histoire

La politique européenne dans le Tarn-et-Garonne

Par Robert Cocchio
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Arkheia n°1
Auteur : Robert Cocchio est titulaire d’une maîtrise de géographie sur L’Eurorégion. Doctorant à l’Ecole supérieure d’Audiovisuel (ESAV) à l’université de Toulouse Le-Mirail.

(...) Voynet privilégie les régions et les agglomérations, laissant a priori le département en second plan. Ce projet gouvernemental avait d’ailleurs provoqué des craintes parmi les conseillers généraux avant que les choses ne soient mises au clair, en indiquant que les “ pays “ ne contractualiseraient pas directement avec la région, ce qui aurait court-circuité le département. Par ailleurs, la loi Voynet prévoit d’améliorer la vie dans les quartiers difficiles et c’est le sens de l’objectif 2. Montauban pourrait bénéficier de cette mesure si toutefois elle satisfait les critères exigés par Bruxelles : “ C’est une ville-centre avec un certain nombre de villes périphériques regroupant une population supérieure à 50.000 habitants ayant une communauté de vie culturelle, sociale et économique. La ville de Montauban s’intègre pleinement dans cette vision de l’Europe et de la loi Voynet “, précise J.P Pelegrin. L’objectif 2 intégrera alors et certainement les quartiers difficiles de Montauban tels les Chênes, les Chaumes et Montplaisir...

D’importantes aides financières

En corollaire à ces programmes européens, Bruxelles a octroyé au Tarn-et-Garonne d’importantes aides financières afin de réaliser dans de meilleures conditions le développement économique et rural du département. Un groupe de travail coprésidé par le président du Conseil général et le Préfet arbitrait les affectations de crédits qui étaient destinés aussi bien aux collectivités locales qu’à des projets de développement économique, qu’ils soient publics ou privés. Or le département utilise à bon escient les crédits européens en permettant d’améliorer la vie économique comme nous le confirme R. Manterola : “ Nous étions placés en zone défavorisée notamment dans le domaine agricole et les difficultés liées à la PAC. Et maintenant, grâce aux aides européennes, on a pu passer ce cap par toute une série de mesures visant à s’adapter et à se mettre à niveau “.

En 1998, l’enveloppe financière européenne en matière économique allouée au Tarn-et-Garonne s’est élevée à environ dix millions de francs. Sur ce montant, trois millions ont été injectés dans la mesure 5B et trois millions huit cent milles pour la mesure 10 (développement local). Au total, c’est plus de huit millions d’aides financières sur les dix millions qui ont été consommés ! Satisfait de cet effort financier G. Empociello précise également qu’ “ au total, cinquante millions de francs ont été engagés dans le département grâce à l’effort levier des fonds européens qui étaient eux de dix millions de francs. C’est à dire que chaque fois que l’Europe a mis dix francs, c’est cinquante francs d’action qui ont été engagés dans le département “. Parallèlement à ces fonds européens, le Tarn-et-Garonne voit croître le nombre de projets économiques. En effet, (...)



| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Arkheia : Azaña 4 - 5
Manuel Azaña : Nation et mémoire en débat sous la co-directions de Geneviève Dreyfus-Armand et Jean-Pierre Amalric. A découvrir ici...
Antonin Perbosc (1861-1944) : Celui (...) Antonin Perbosc est à la fois un auteur savant et un poète de plein vent, un érudit qui n’ignore rien des héritages et un capteur des énergies qui traversent l’esprit des vivants, un homme du passé et (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia