Arkheia, revue d'histoire

La poudrerie de Mauzac (1939-1945)

Par Jacky Tronel
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Arkheia 20
Auteur : Jacky Tronel est chercheur associé à la fondation Maison des sciences de l’homme (Paris). Membre du comité scientifique de la revue Histoire pénitentiaire et Arkheia.

Page suivante

Le 13 septembre 1939 , Raoul Dautry est nommé à la tête du tout nouveau ministère de l’Armement. Le 31 décembre , il se rend en Dordogne pour visiter la poudrerie de Bergerac et son annexe de Mauzac. Au livre d’or de l’hôtel Le Londres , il confie son bel optimisme : « L’année prochaine sera l’année de la victoire. Tous à la Poudrerie devront travailler pour la gagner ».

La suite est connue. À la « drôle de guerre » succède l’humiliation de la défaite avec , pour conséquence immédiate , la cessation des travaux de construction des usines de guerre et l’arrêt de leur production, conformément au texte de la convention d’armistice franco - allemande du 22 juin 1940 , qui stipule : « Article 6 – Les armes , munitions et matériel de guerre de toute espèce [ … ] devront être entreposés ou mis en sécurité sous contrôle allemand ou italien respectivement [ … ]. La fabrication de nouveau matériel de guerre en territoire non occupé devra cesser immédiatement [ … ]. Article 13 – Le gouvernement français s’engage à veiller à ce que , dans les territoires à occuper par les troupes allemandes, toutes les installations , établissements et stocks militaires soient remis intacts aux troupes allemandes … ». Quelques semaines plus tard paraît au Journal Officiel la loi du 15 octobre 1940 qui précise, dans son article premier : « sont interdites [ … ] pour la durée de l’armistice [ … ] les fabrications nouvelles de matériels de guerre et la poursuite des fabrications en cours de ces matériels ». L’action du ministère de l’Armement se trouve dès lors limitée à la liquidation des opérations en cours. Quant au service des Poudres, démilitarisé, il passe au ministère de la Production industrielle.

Une spécialité : les obus chargés en gaz de combat

Où en est - on, en France, du vaste programme de construction d’usines d’armement ? Le 22 juillet 1940, Marius Jugnet , contrôleur général  (...)


Page suivante


| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Nous recherchons des correspondants locaux !
La revue Arkheia s’intéresse à l’histoire du Grand Sud-Ouest, elle recherche des correspondants locaux pour participer à son animation et sa rédaction. Si vous avez un goût pour l’histoire de votre département ou que vous effectuez déjà des recherches sur des événements survenus durant le XXe siècle... Rejoignez-nous ! Nous recherchons particulièrement des correspondants dans l’Aveyron, Gers, les Landes, le Lot, le Lot-et-Garonne, l’Ariège, sans toutefois être exhaustifs (région Aquitain, Languedoc-roussillon, Midi-Pyrénées et Limousin). Abonnement offert à la revue pour tous les correspondants.
Manuel Azaña et l’exemple de la (...) Dans ses carnets de mémoire, le dirigeant socialiste Rodolfo Llopis raconte son entrevue avec Manuel Azaña le 25 septembre 1940, quelques semaines avant la mort de l’ancien président de la Seconde (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia