Arkheia, revue d'histoire

La revue Communisme

Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Critiques de livres
Auteur : Max Lagarrigue, historien, directeur de la revue Arkheia.

Page suivante

Crée en 1981 à Paris X - Nanterre sous l’impulsion d’une équipe de jeunes chercheurs dynamiques et idéalistes, la revue d’emblée est marquée par la hauteur de son ambition. L’ex-voto imprimé au verso de la couverture de chaque numéro n’a invariablement pas changé au seuil de son 60e numéro : “ Loin de la fureur des polémiques partisanes et des enjeux institutionnels, animée par une équipe de chercheurs, Communisme concerne tous ceux - étudiants, enseignants, chercheurs, journalistes, militants, hommes politiques ou de culture - qui s’intéressent à ce phénomène central du vingtième siècle : le communisme “. Cette revue d’études pluridisciplinaires, sous les conseils de sa co-directrice Annie Kriegel, allait marquer l’historiographie du PCF et du communisme. Depuis son premier numéro paru en 1982 aux PUF puis à partir de 1985 aux éditions de L’Age d’Homme, Communisme est devenue une revue incontournable, pour ne pas dire la revue de référence pour ce qui concerne l’étude du communisme. Nous ne ferons référence ici qu’aux trois derniers numéros, c’est à dire à l’année 1998. Chaque numéro qui est en fait double est consacré à un dossier thématique qui répond aux publications de la recherche en cours. Le numéro 51/52 est consacré à la dimension sociétale du PCF. Par dimension sociétale, nous entendons tout ce qui renvoie à la société française - civil et État - : les rapports sociaux, les structures économiques, mentales, culturelles et politiques, les traditions en général. Deux chercheurs, Laird Boswell et Max Lagarrigue, se sont attachés à présenter l’implantation du communisme en milieu rural. Dans le Limousin et la Dordogne, Boswell démontre comment les communistes locaux adaptent la ligne du parti à la société civile. Refoulant les tenants du collectivisme, la fédération se veut référant immédiat pour les ruraux. Utilisant à merveille le leitmotive bien français “ des petits contre les gros “, héritage des luttes séculaires de la féodalité, le PCF canalise ainsi les mécontentements des “ petits et moyens “ paysans contre ses “ exploiteurs “ : l’État et les gros propriétaires. Dans la continuité de cette enquête, Lagarrigue, à partir d’un fonds inédit d’archives émanant du Komintern déposé à la bibliothèque marxiste de Paris, brosse le tableau des interactions entre le Centre communiste et ses périphéries rurales (Corrèze, Dordogne, Lot, Lot-et-Garonne et Tarn-et-Garonne). Il montre les tensions qui s’expriment entre les militants locaux et les impératifs du Centre. Ce dernier avec ses instructeurs et délégués du Comité Central veille à la stricte application de la ligne politique par de nombreuses visites. Julian Mischi perdure ce travail sur l’implantation en analysant un phénomène atypique : la forte implantation récente du PCF dans une zone rurale, le marais briéron. L’étude (...)

Page suivante


| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
En vente sur ce site : Renaud Jean
Renaud Jean. Carnets d’un paysan député communiste par Max Lagarrigue. Le parcours hors du commun d’un Marmandais qui cotoya Lénine, Trotsky, Thorez...
Gaullisme et antigaullisme
Les 1001 jours qui ont changé le (...) Peter Furtado (sous la direction), Les 1001 jours qui ont changé le monde (préface de Frédérick Gersal), Paris, Flammarion, 960 pages, 2009, 32 euros. « Reader digest » de l’histoire du monde, (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia