Arkheia, revue d'histoire

Laïcité et politique religieuse de la IIe République espagnole

Par Hilari Raguer, traduction Jean-Pierre Amalric
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Azaña 3 /hors série
Auteur : est un historien catalan, ordonné prêtre à l’abbaye de Montserrat. Il a soutenu sa thèse sur Union démocratique de Catalogne (UDC), en 1966. Il collabore régulièrement avec La Vanguardia.

Page suivante

De tous les problèmes que la République qui venait de naître eut à affronter, un des plus délicats fut celui qualifié alors de « question religieuse ». Jiménez de Asúa estimait que les quatre grands problèmes de la République avaient été : la réforme militaire, la question religieuse, le problème agraire et le problème régional. Des quatre, le problème religieux fut probablement celui qui contribua le plus à exacerber les esprits et donc à provoquer la crise de régime qui devait déboucher sur la guerre civile.

La « question religieuse »

Les historiens sont divisés sur la responsabilité de la rupture. Pour les uns, l’Église reconnut le nouveau régime, mais dès le début celui-ci la persécuta avec des lois sectaires et nullement démocratiques ; pour les autres, au contraire, la République s’était bornée à établir la laïcité, la séparation de l’Église et de l’État et la liberté religieuse, et ce fut l’Église qui dès le premier instant récusa la République et conspira contre elle. Peu nombreux sont ceux qui estiment que la responsabilité est partagée de part et d’autre et réévaluent les rares hommes politiques et ecclésiastiques qui s’efforcèrent de rechercher la conciliation, mais subirent un échec retentissant. Anticipant sur ma conclusion, je dirai que je souscris pour ma part à cette troisième opinion. Le présent exposé se propose de tenter de la justifier. Mais je dois faire une observation préalable avant d’aborder le sujet. La polarisation des attitudes dans l’Espagne des années de la République est à replacer dans la crise de la démocratie européenne entre la première et la seconde guerre mondiale. Durant tout le XIXe siècle on avait pensé que la démocratie parlementaire s’imposait de façon naturelle dans tous les pays modernes, et qu’elle constituait un point d’équilibre qui se soutenait de lui-même, illusion parallèle à la croyance en l’équilibre spontané de l’économie de marché, croyance que la crise de 1929 devait démentir brutalement. Au cours des années 20 et 30 on découvre que la démocratie parlementaire ne se soutient pas d’elle-même, mais qu’elle exige qu’une large majorité de citoyens acceptent fermement certaines valeurs : liberté, légalité, tolérance, respect des minorités, etc. À défaut de ces convictions, deux idéologies opposées conquièrent les masses y prennent en étau la démocratie : le communisme y les fascismes.

L’Église d’Espagne en 1931

Le Real Patronato, c’est-à-dire le droit de nomination des évêques reconnu au roi par la papauté, avait de sérieux inconvénients, mais il avait eu au moins l’avantage d’avoir désigné des prélats certainement monarchistes, mais loyaux à des souverains constitutionnels, Isabelle II, Alphonse XII, Alphonse XII 2. Si quelques-uns étaient intégristes de formation et de coeur, ils devaient le dissimuler. En (...)


Page suivante


| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Les suppléments d’Arkheia
Manuel Azana et la question laïque sous la direction de Jean-Pierre Amalric Avec la participation de Patrick Cabanel, Antonio Ferrer Benimelli, Hilari Raguer, Joseph Pérez, Gérard Malgat et Elvire Diaz...Commander le dès aujourd’hui
Gaullisme et antigaullisme
L’itinéraire intérieur de Manuel Azaña (...) Le jardin des moines (1927), premier roman de Manuel Azaña, est aussi le plus singulier dans le parcours du futur Président de la Seconde République espagnole 1. L’homme de lettres et de coeur se (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia