Arkheia, revue d'histoire

Le Midi dévasté par les inondations

Par Jacques Bataille
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Arkheia n°21
Auteur : Jacques Bataille est collectionneur de cartes postales (Montauban).

Le 2 et 3 mars 1930, les eaux du Tarn se déchaînent sur la cité d’Ingres et de Bourdelle. Les quartiers populaires de Sapiac et la ville basse de Villebourbon, sont engloûties. Aux victimes montalbanaises s’ajoutent celles des villages de Reyniès et Moissac.

La formidable violence de cette catastrophe naturelle s’explique par la coïncidence de facteurs agissant habituellement isolément. Dans toute la région comprise entre la Garonne, le golfe du Lion et le bas Rhône, les sols étaient depuis plusieurs mois gorgés d’eau. Si l’on estime que la fonte des neiges en Cévennes a fourni un cinquième du volume de la crue, ce sont surtout les pluies diluviennes, reçues pendant 48 à 60 heures par l’Albigeois, le Quercy et la Montagne Noire, qui ont grossi les rivières, notamment le Dourdou et l’Agout ainsi que le Tarn dans sa partie cévenole. En Tarn-et-Garonne, la montée des eaux s’est manifestée avec une vitesse stupéfiante, les flots rompant tout sur leur passage. La situation fut plus particulièrement tragique à Reynies (village complètement détruit hormis son église), à Montauban, Albefeuille-Lagarde, Barry-d’Islemade, Lizac, au Barthes et à Moissac. Au total, la crue fit périr 200 personnes et des dizaines de milliers d’animaux ; elle détruisit 3 000 maisons et onze grands ponts, emportant des dizaines d’ouvrages de moindre importance et d’innombrables routes ; enfin, elle coupa partiellement vingt lignes ferroviaires, accentuant la quasi - paralysie de toute une région. Ce tragique bilan provoqua un élan de générosité sans précédent à l’échelle de la France, de certains pays d’Europe et du reste du monde.

Pour lire en exclusivité cet article, abonnez-vous pour recevoir le numéro "Les Caprices du Temps"



| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
La légende du bromure durant la Drôle de guerre
Mobilisé sur le front, Albert Lefèvre participe à la rédaction des journaux régimentaires. Destinée à maintenir le moral des troupes, cette presse le fait l’écho de l’utilisation du bromure. Une substance qui permettrait de réduire la virilité des permissionnaires.
1940, le Sud-Ouest dans la tourmente
Tipasa, 1960 Sur les traces de Camus qui avait visité Tipaza en temps de paix, l’auteur revient sur les ruines paléo-chrétiennes en des circonstances bien différentes, celles de la guerre d’Algérie. “ Au (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia