Arkheia, revue d'histoire

« Le Midi rouge » est - il bien une réalité ?

Par Entretien avec Jean-Jacques Becker et Gilles Candar
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Arkheia n°17-18
Les Auteurs : Guillaume Bourgeois est maître de conférences à l’université de Poitiers et conseiller scientifique de la revue Arkheia. Nos invités:Jean-Jacques Becker professeur émérite à l’université de Paris-X-Nanterre, président du Centre de recherches de l’Historial de Péronne sur la Grande Guerre, est l’auteur de très nombreux ouvrages. Il a notamment publié L’Année 1914 ( Armand Colin, 2004 ) et dirigé avec Stéphane Audoin-Rouzeau,L’Encyclopédie de la Grande Guerre. Gilles Candar professeur de classes préparatoires au lycée Gabriel - Guist’hau ( Nantes ), a publié une Histoire politique de la III e République ( La Découverte,1999 ) et coordonné avec Madeleine Rebérioux ( 1920 - 2005 ), l’édition des oeuvres de Jean Jaurès chez Fayard.

Page suivante

A l’occasion de la parution en livre de poche de leur dernier ouvrage Histoire des gauches en France, les historiens Jean-Jacques Becker et Gilles Candar ont accepté de répondre aux questions de Guillaume Bourgeois.

Une Histoire des gauches en France ? On l’attendait depuis plus d’un demi siècle … Depuis qu’en 1954, René Rémond s’était penché, à travers une oeuvre magistrale, sur l’histoire des droites [1]. La publicationpar La Découverte de cette Histoire des gauches fut donc l’un des événements de l’année 2004 et sa récente réédition au format de poche témoigne du succès rencontré par l’ouvrage. Cette étude globale, Jean - Jacques Becker et Gilles Candar, l’ont voulu chronologique (le premier tome traite du XIXe, le second du XXe) autant que thématique (familles politiques, grands moments… ). Une approche géographique régionale eut certainement été possible– il est vrai qu’elle existe en matière de cartographie électorale à travers l’excellent atlas de Frédéric Salmon [2] – mais comme le notent avec malice nos deux maîtres d’oeuvre [3], ils ont préféré faire court (l’ouvrage comptant déjà 1 360 pages) et un troisième tome est toujours envisageable ... À travers leurs propres recherches comme à travers les relations qu’ils ont entretenues avec leurs nombreux collaborateurs, ont-ils perçu cette opposition que l’on a dit si appuyée entre les variantes australes et boréales de la gauche française ? S’il a bel et bien existé, en quoi est-il demeuré une réalité ? [4]."

Gilles Candar : "Historiquement parlant, l’expression « Midi rouge » naît à l’issue des élections de 1849 à l’Assemblée législative. On voit tout à coup apparaître sur la carte électorale française un vote rouge bien distinct sur les bords du Massif Central et en Provence. Un basculement d’autant plus notable que le Midi a la réputation d’être blanc depuis le début du siècle. Maurice Agulhon montre dans ses travaux sur la Provence que ce basculement s’effectue à la fois à la campagne mais aussi à la ville ; il insiste particulièrement sur cet aspect dans son livre consacré à Toulon, Une ville ouvrière au temps du socialisme utopique. Au XIXe puis au XXe siècle,il se déroule ensuite un grand nombre d’élections au cours desquelles on voit réapparaître, presque comme une constante, ce Midi rouge ou rose, radical, socialiste ou communiste. Évidemment, c’est une idée à nuancer et à moduler à travers le temps–ce n’est pas exactement la même chose de constater que, dans ce Midi, on vote radical, socialiste ou bien communiste – mais, très grossièrement, on semble confronté à une tradition politique ancrée dont la principale caractéristique est que le rouge s’y insère dans le bleu républicain. Être rouge dans le Midi, ce serait donc une manière d’être un peu plus républicain, d’être (...)


Page suivante


| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Claude Campanini, le témoignage d’un déporté de Buchenwald
Issu d’une famille d’immigrés italiens qui se sont installé dans le Sud-Ouest de la France, Claude Campanini entre en résistance après avoir été recruté par son instituteur, Lucien Loubradou. Membre de la 12e compagnie de l’Armée secrète, à Moissac (Tarn-et-Garonne), il est finalement arrêté en 1943 et déporté dans le camp de concentration de Buchenwald. Il livre ici un témoigne unique et saisissant sur ses années au coeur du système concentrationnaire nazi.
1939-1941 : les années de rupture L’histoire déconcerte. Elle impose brusquement aux hommes des réévaluations qui les surprennent et parfois les tétanisent. Osons le parallèle avec l’actualité et avec le désastre économique en passe de (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia