Arkheia, revue d'histoire

« Le Midi rouge » est - il bien une réalité ?

Par Entretien avec Jean-Jacques Becker et Gilles Candar
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Arkheia n°17-18
Les Auteurs : Guillaume Bourgeois est maître de conférences à l’université de Poitiers et conseiller scientifique de la revue Arkheia. Nos invités:Jean-Jacques Becker professeur émérite à l’université de Paris-X-Nanterre, président du Centre de recherches de l’Historial de Péronne sur la Grande Guerre, est l’auteur de très nombreux ouvrages. Il a notamment publié L’Année 1914 ( Armand Colin, 2004 ) et dirigé avec Stéphane Audoin-Rouzeau,L’Encyclopédie de la Grande Guerre. Gilles Candar professeur de classes préparatoires au lycée Gabriel - Guist’hau ( Nantes ), a publié une Histoire politique de la III e République ( La Découverte,1999 ) et coordonné avec Madeleine Rebérioux ( 1920 - 2005 ), l’édition des oeuvres de Jean Jaurès chez Fayard.

(...) finalement plus bleu qu’ailleurs, tandis que le vote rouge, au nord de la France, semble s’identifier à la question sociale ; ce vote rouge serait un vote de classe… En résumé, le rouge méridional témoigne de l’attachement à la république, à la laïcité, au fait que l’on est dans le Midi d’un républicanisme intransigeant."

Jean-Jacques Becker : "J’ajouterai que la question qui se pose, c’est de savoir où se trouve notre Midi rouge. Tout le Midi n’est pas rouge. Arkheïa est une revue essentiellement consacrée à l’histoire du Sud-Ouest de la France. Eh bien ! Traditionnellement, le Midi rouge ne se trouve pas essentiellement là ... Le Midi rouge, c’est plutôt la Provence, c’est plutôt le Languedoc-Roussillon ; ce n’est pas la Vallée du Rhône et, n’importe comment, c’est plus le Sud - Est que le Sud-Ouest. Cela dit, le problème reste le même : pourquoi ce Midi qui n’est pas un Midi très prolétarien – dans lequel il y a bien certaines usines mais qui est à dominante rurale et agricole – est-il rouge ? J’y vois la marque d’un comportement culturel et même ethnique, notamment à travers les problèmes de l’Occitanie. C’est sans doute un truisme de dire qu’il existe deux France, aux habitudes distinctes, que les gens du Midi et que les gens du Nord ne sont pas tout à fait les mêmes dans leur approche des grands problèmes. Annie Kriegel explique par exemple comment, à travers l’histoire, on n’a pas été communiste de la même façon dans le Midi et dans le reste de la France. Ce sont des choses qui se remarquent à l’heure où nous parlons : le comportement des marins marseillais de la SNCM est évidemment très spécifique, au point que la CGT nationale est assez largement en désaccord avec leur façon d’agir... Et cela reste vrai, même si la France vit tout au long de ces deux derniers siècles un lent processus de « nationalisation », c’est-à-dire de brassage et de mélange de ses cultures, on pourrait dire, d’acculturation mutuelle… Dans notre temps où les Mass Médias jouent un rôle de puissant accélérateur, ce processus est loin d’être achevé. Si, plus loin en arrière, on regarde vers la Première Guerre mondiale, on constate que les paysans soldats du Midi s’intéressent beaucoup à la façon dont l’agriculture se fait dans le Nord et que c’est pour eux quelque chose de tout à fait étonnant ; ça ne se passe pas chez eux comme cela … À terme, le brassage est appelé à jouer un certain rôle mais, dans l’immédiat, le réflexe, c’est surtout de se dire « Ces gens-là ne sont pas comme nous », un peu comme les soldats du Nord estiment que les soldats du Midi leur sont très différents. L’opposition Nord / Sud est très sensible, infiniment plus que tout autre opposition régionale. D’ailleurs, le jugement du soldat du Nord sur les soldats du Midi est toujours très péjoratif et c’est une idée qui (...)



| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
En vente sur ce site
1940, la Belgique du repli. L’histoire d’un petite Belgique dans le Sud-Ouest de la France (100 photos et 50 témoignages inédits).
Vichy État occitan ?
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia