Arkheia, revue d'histoire

Le PCF dans le Sud-Ouest : centre et périphérie

Par Max LAGARRIGUE
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Suppléments
Max Lagarrigue : historien, spécialiste du communisme rural, il a notamment publié : Renaud Jean. carnets d’un député paysan communiste (Atlantica, 2001).

Page suivante

Les sources utilisées pour cet article ont quelques particularités qu’il convient d’expliquer. La politique de libéralisation, entreprise depuis déjà une année pour le dépouillement des fonds détenus à la bibliothèque marxiste de Paris, nous a permis de constituer une documentation archivistique inédite. La période est d’autant plus intéressante que cette documentation interne et strictement confidentielle porte sur une époque clé, celle du Front populaire et, ce, jusqu’en 1938.

Cette partie se consacre à l’utilisation de ces sources. La densité de celles-ci est telle que notre partie ne souffrira pas trop de leur quasi exclusivité. La documentation que nous mettons en valeur est composée de trois sortes d’archives :

- Des rapports détaillés de délégués du Comité central qui ont pour fonction de donner un éventail de la manière dont les directions fédérales fonctionnent.

- Des lettres, des rapports, des comptes-rendus d’instructeurs qui tentent de remettre en équilibre une fédération en difficulté.

- Des comptes-rendus de tournées de délégations. Ceux-ci ont l’intérêt de nous rapporter des informations à l’échelle de la cellule ou de la commune.

Pratiques et méthodes du “ centre ”

Le tout forme un ensemble assez homogène où la prolifération littéraire des permanents, dépêchés sur place, semble correspondre à un problème épineux difficilement conciliable. Cette inflation, quasi-admnistrative, de rapports, de comptes-rendus n’est pas sans rappeler celle qui émane du commissaire spécial ou du Préfet. A la différence des rapports que nous avions consulté dans nos recherches précédentes, ceux-ci ont la particularité de ne pas être trop hermétiques. Précis, clairs et concis, les délégués et particulièrement les instructeurs ne s’embarrassent pas de la phraséologie habituelle et abondante des rapports émanant du Bureau régional ou du “ Rayon ”. En visite, le délégué du Comité central a pour tâche dans un premier temps de rencontrer la direction “ régionale ”. Le délégué, dont la venue est annoncée, participe dans la journée à une Conférence de région. Cette Assemblée a un caractère souvent exceptionnel, provoqué par ce visiteur qu’il est tout autant. Si les rapports incisifs des délégués se détachent du discours fleuve de la propagande marxiste-léniniste, ils ne manquent pas de souligner tout fait qui ne correspond pas à la grille de lecture émise par le “ centre ”. Waldeck Rochet, dépêché en Corrèze, conclut dans un rapport lors d’une Conférence régionale :

"Les progrès pourraient être plus grands avec une bonne direction de notre travail. Le secrétariat est assuré par Bourdarias et Biaugaud, camarades sans aucun doute dévoués, mais on constate chez Le camarade Bourdarias certaines opinions et pratiques sectaires. Et puis surtout, il néglige par trop les problèmes d’organisation (...)


Page suivante


| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Claude Campanini, le témoignage d’un déporté de Buchenwald
Issu d’une famille d’immigrés italiens qui se sont installé dans le Sud-Ouest de la France, Claude Campanini entre en résistance après avoir été recruté par son instituteur, Lucien Loubradou. Membre de la 12e compagnie de l’Armée secrète, à Moissac (Tarn-et-Garonne), il est finalement arrêté en 1943 et déporté dans le camp de concentration de Buchenwald. Il livre ici un témoigne unique et saisissant sur ses années au coeur du système concentrationnaire nazi.
1940, le Sud-Ouest dans la tourmente
chronologie France 1939-1945 1939 3 septembre : La France déclare la guerre à l’Allemagne. 1940 10 mai : début de l’attaque allemande. 17 juin : Pétain s’adresse par radio aux Français : « Je fais à la France le don de ma (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia