Arkheia, revue d'histoire

Le PCF dans le Sud-Ouest : centre et périphérie

Par Max LAGARRIGUE
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Suppléments
Max Lagarrigue : historien, spécialiste du communisme rural, il a notamment publié : Renaud Jean. carnets d’un député paysan communiste (Atlantica, 2001).

(...) et de direction. Par exemple, la conférence régionale a été très mal préparée. Pas de rapport écrit, mais une simple convocation envoyée quelques jours à l’avance. Le rapport oral qui a été présenté par Boudarias n’a ni été préparé ni discuté, mais fait au pied-levé ; aussi il ne contenait pas une analyse approfondie de la situation régionale. Il en est de même des autres rapports et interventions ”.

Ces remarques sont courantes dans les rapports, elles reflètent non moins les faiblesses oratoires ou organisationnelles des militants locaux que l’état bureaucratique dans lequel les cadres du PCF sont moulés. Qui plus est, lorsque la Conférence régionale ne se déroule pas selon un rituel précis, les délégués ne manquent pas de souligner que cette faiblesse est due au caractère socioprofessionnel de la “ région ”. Le délégué Léon Mauvais, à la suite de Waldeck Rochet, rend-compte des difficultés de la manière suivante : “ il apparaît que la représentation dans les conférences de rayon a été insuffisante comme d’ailleurs celle de la conférence Régionale, elle-même. Ceci provient de la composition sociale de la région très fortement paysanne (...) ”. Le rapport du syndicaliste a contrario du spécialiste des questions agraires, est teinté d’ouvriérisme. Son jugement se révèle ouvertement “ sectaire ” pour reprendre la phraséologie communiste. Stéphane Courtois le qualifie ainsi :

- “ Jeunes prolétaires encore dans la force de leur jeunesse, ce sont de purs “ staliniens ”, formés “ à la bolchevique ”, rompus à l’activisme, aux démarches clandestines, prêt a tout pour le parti. (...) l’Union soviétique (...) symbolise à leur yeux le mouvement ouvrier et révolutionnaire. Parmi les plus connus citons (...) Léon Mauvais ”.

Force est de constater que, comme dans les rapports préfectoraux, la personnalité des délégués rentre en ligne de compte dans les synthèses. Une recherche prosopographique aurait des effets bénéfiques. Pour cette recherche, nous nous sommes contentés des biographies disponibles. Ce problème n’est pas sans relation avec celui qu’a émis Pierre Laborie quant à la “ fabrication des rapports de Préfets ”. La visite dans une région d’un délégué du Comité central est rarement fortuite. Deux critères distincts semblent prédisposés à cette rencontre. Le premier d’entre-eux est un courrier adressé au secrétariat du Parti. Une simple critique d’un militant désabusé ou furieux envoyée à la direction du “ rayon ”, en passant par la cellule, une simple correspondance au Comité central peut mettre en route toute une procédure bureaucratique de contrôle, de régulation du problème relevé. Une seule missive ne suffit pas à faire déplacer un délégué. Néanmoins l’Appareil du Parti, bureaucratiser à l’extrême, prend soin de noter tout fait qui peut un jour ou l’autre (...)



| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Arkheia : Azaña 4 - 5
Manuel Azaña : Nation et mémoire en débat sous la co-directions de Geneviève Dreyfus-Armand et Jean-Pierre Amalric. A découvrir ici...
Juin 1944 : les pendus de Tulle Le 9 juin 1944, la ville de Tulle est le théâtre d’une effroyable tragédie : 99 otages sont pendus. Les responsables appartiennent à la fameuse division Das Reich, commandée par le général Lammerding. (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia