Arkheia, revue d'histoire

Le PCF dans le Sud-Ouest : centre et périphérie

Par Max LAGARRIGUE
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Suppléments
Max Lagarrigue : historien, spécialiste du communisme rural, il a notamment publié : Renaud Jean. carnets d’un député paysan communiste (Atlantica, 2001).

(...) attitude caractérisée par “ l’indifférence absolue à l’égard des problèmes paysans ”. Dans cette missive à Maurice Thorez, Renaud Jean souligne les positions ouvriéristes de la Direction :

“ Les préoccupations et les intentions des camarades qui parlent au nom de la direction du Parti à la commission agraire ne sont pas de nature à nous laisser espérer qu’il sera un jour possible de travailler utilement (...) Ils sont parfaitement d’accord avec les singulières conceptions du camarade Ramier : combat à outrance contre l’immense majorité des métayers et contre la masse des petits propriétaires considérés les uns et autres comme les ennemis du parti... ”.

Les propos du lot-et-garonnais ont l’avantage d’être clairs : “ au lieu de militants nous voici condamnés à n’être que les employés du bureau. Cette situation dure depuis des mois (....) ”. Le “ tribun ” des paysans ne palabre pas dans des discours emphatiques en faveur de l’URSS et de la “ classe ouvrière ”, il réclame des “ mots d’ordre que les paysans comprennent ”. Il est explicite sur l’absence de politique agraire au sein du PCF :

“ Ces conclusions ne modifieraient en rien notre opinion sur l’absence de politique paysanne des directions successives du Parti communiste français. Ce serait s’illusionner que de s’imaginer qu’une propagande écrite ou orale, pour aussi sérieuse et vigoureuse qu’elle fut faite à propos du plan quinquennal et de la collectivisation dans l’URSS suffirait à résoudre les problèmes paysans français, ou plutôt à nous dispenser de les résoudre ”.

Sautel ne fait que remettre à l’ordre du jour un état de fait que Renaud Jean n’a jamais cessé de clamer, celui de ne plus “ tenir une attitude purement négative ” à l’encontre des ruraux. Les antiennes de la bureaucratie du PCF à l’encontre de l’atonie des fédérations rurales ne sont-elles pas justifiées par le manque de volonté de certains membres éminents du Parti d’animer une réelle politique en faveur des paysans ? Renaud Jean, véritable acteur d’une politique paysanne dans le PCF est isolé par ses prises de position contre la ligne “ classe contre classe ”. Le PCF focalisé depuis la Bolchevisation dans une politique ouvriériste où il se représente comme “ l’avant-garde ” de la “ classe ouvrière ”, est conduit à s’auto-exclure de tout mouvement paysan. Renaud Jean face à un parti communiste et des dirigeants velléitaires en vient à s’exclamer :

“ Faites délibérément les paysans-travailleurs en ennemis ou bien proclamer la nécessité de les conquérir mais en prenant systématiquement tout au contraire contre eux sur ce qui est pour eux la question essentielle cela revient exactement au même, c’est les rejeter dans les bras de la bourgeoisie ! ”.

Renaud Jean réclame un véritable aggiornamento dans les instances du parti communiste (...)



| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
En vente sur ce site
1940, la Belgique du repli. L’histoire d’un petite Belgique dans le Sud-Ouest de la France (100 photos et 50 témoignages inédits).
Gaullisme et antigaullisme
Gérard Belloin, Mémoires d’un fils de (...) Durant des décennies, l’historiographie communiste a été nourrie d’une quantité invraisemblable de récits autobiographiques, de mémoires. Ces récits de vies furent le plus souvent « le fruit d’une (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia