Arkheia, revue d'histoire

Le RPF dans le Sud-Ouest, 1947-1955

Par Bernard Lachaise
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Arkheia n°7-8-9
Auteur : Bernard Lachaise est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Bordeaux. Il a soutenu une thèse d’état sur le RPF. Il a également publié une biographie sur Robert Lacoste (éditions Fanlac, 1998)

(...) mairie de Bordeaux en 1947) au profit d’un radical modéré, Raymond Brun. Pour les élections au Conseil de la République, le RPF ne participe que symboliquement (1951) ou assiste en spectateur (1952). Les élections municipales de 1953, si elles permettent de garder les grandes villes conquises six ans plus tôt, se caractérisent par un recul très net des voix RPF. La géographie des adhérents comme celle des élus montre clairement un Sud-Ouest aquitain où le gaullisme s’est faiblement implanté mais aussi une profonde disparité entre l’ouest de la région, côtier, de la Charente-Maritime au Pays basque, où le RPF réussit plutôt bien et l’est, intérieur (Lot, Lot-et-Garonne, Tarn-Garonne, Gers, Hautes-Pyrénées), où le RPF ne parvient pas à devenir un parti qui compte dans la vie politique locale. Comment expliquer une implantation si difficile et si inégale ?

LA FAUTE AUX RADICAUX ?

La culture politique “ rad-soc ” rempart contre le gaullisme ? : Le Sud-Ouest était avant la Seconde Guerre mondiale l’une des grandes zones de force du radicalisme dominé par les figures de notables comme Georges Bonnet et Yvon Delbos en Dordogne, Louis Malvy dans le Lot, Prénom ? Gardey dans le Gers… Il l’est en partie resté au lendemain du conflit car les radicaux résistent mieux ici qu’ailleurs et une nouvelle génération de radicauxen apporte la preuve avec Dulin et Gaillard dans les Charentes, Henri Caillavet en Lot-et-Garonne, Billères dans les Hautes-Pyrénées… et bien sûr, Chaban-Delmas en Gironde. Or la République des radicaux n’est pas celle préconisée par de Gaulle : c’est la République parlementaire, celle construite sous la IIIe République contre les bonapartistes et les boulangistes notamment. Comment les radicaux – et avec eux les socialistes – ne verraient-ils pas alors de Gaulle, qui veut porter atteinte à ce modèle républicain, comme un nouveau Badinguet ou Boulanger tandis que les communistes voient dans le gaullisme une menace fasciste ? Les radicaux et les socialistes – en plein essor après 1945 – disposent d’une assise dont l’un des délégués du général de Gaulle dans la région, Olivier Guichard constitue un obstacle de taille pour la progression du jeune RPF : “ dans les départements du Sud-Ouest (excepté en Gironde et dans les Basses-Pyrénées), l’appareil considérable des partis socialiste et radical est basé sur les réseaux d’instituteurs, de conseillers généraux et les préfectures… ”. Si des radicaux comme Chaban ou Besson, dans les Landes, ont voulu concilier Herriot et de Gaulle et pratiqué le plus longtemps possible la double appartenance, la plupart des autres grands noms du radicalisme régional (Gaillard, Delbos, Caillavet, Maurice Faure, Jean Baylet, etc.) n’ont pas cédé aux sirènes gaullistes. En outre, ces deux partis ne sont pas les seuls à s’être dressé pour empêcher l’essor du RPF.Dans le Sud-Ouest, (...)



| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Arkheia : Pensez à vous réabonner pour 2012
Avec la parution de nos numéros Les fusillés de la Libération et le hors série Azaña 4-5, nous clôturons l’abonnement 2011. Pour poursuivre votre abonnement pour 2012, n’attendez pas, renvoyez-nous dès aujourd’hui votre demande auquel est jointe votre chèque de 20 euros à Arkheia, 5 bld Marceau-Faure, 82100 Castelsarrasin. Vous pourrez ainsi recevoir en avant-première le numéro spécial Enfance brisée, enfance cachée. Le sort des enfants juifs dans le Sud-Ouest (n°25-26), à paraître au printemps 2012.
De Moissac inondé à Moissac plage, (...) LaDepeche.fr | 02/08/2009 04:34 Mémoire. En cette période de sécheresse la revue Arkheia offre un étonnant contraste en revenant sur les inondations de 1930. Les caprices du temps. Dans son (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia