Arkheia, revue d'histoire

Le Vieux fusil : film de Robert Enrico tournée à Montauban

Par Stefan Moriamez
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Arkheia n°4
Auteur : Stefan Moriamez est titulaire d’un diplôme en étude approfondie de linguistique.

Page suivante

Si quelques vingt-quatre années après la sortie du film Le Vieux fusil de Robert Enrico, il est toujours d’actualité d’écrire un article à son propos, cela est une preuve - s’il en fallait une - de l’extrême profondeur et de la grande intelligence avec lesquelles l’œuvre a été écrite, tournée et interprétée.

Rappelons que le scénario a été écrit en collaboration avec Pascal Jardin, scénariste de nombreux films et par ailleurs romancier de renom, ainsi que Claude Veillot. Sans oublier Robert Enrico qui en a été le glorieux réalisateur. Malgré cette trinité prometteuse, et l’indéniable succès du film, on constate avec stupeur la médiocrité des critiques faites par quelques grands journaux à la sortie du film en 1976. Mais qu’importe. Il est temps de donner aujourd’hui un nouveau souffle à ce film en tentant de l’analyser sous des angles différents, ceux de l’Histoire et de l’humanisme. Tous les Tarn-et-Garonnais s’en souviennent, Le Vieux fusil a été tourné dans la région de Montauban, à Bruniquel, Penne et Bonaguil pour ne citer que les principaux lieux de tournage. Robert Enrico le rappelle volontiers, les allusions à l’Histoire, en l’occurrence, à la Seconde guerre mondiale dans le Tarn-et-Garonne, sont tout à fait justifiées et voulues. Le réalisateur se souvient des recherches qui ont été réalisées par l’équipe du tournage dans les cahiers de l’Histoire. Il ajoute : " J’ai bien connu cette époque ; j’étais enfant et cela m’a beaucoup marqué". Pascal Jardin, co-scénariste du film, lui aussi, était enfant pendant la guerre comme le rappelle son célèbre roman La Guerre à neuf ans. Néanmoins, il faut toujours garder à l’esprit que le fait d’avoir connu une époque et la retranscrire à l’écran n’est pas forcément synonyme. Ainsi, si le film ne se prive pas d’allusions historiques, il ne faut pas en déduire pour autant qu’il s’agit d’un film historique au sens strict.

Le Vieux fusil est avant tout une fiction sur la vengeance comme le pense Robert Enrico. C’est de cette idée que le film est né. L’œuvre n’est pas le fruit d’une volonté explicite de faire un film sur la Deuxième guerre mondiale dans le Tarn-et-Garonne. Ainsi, si des événements historiques, dont on sait qu’ils ont bel et bien eu lieu dans la région dite et à la période dite, ont trouvé place dans le scénario, c’est toujours dans le contexte d’une fiction. S’ils sont voulus par le réalisateur, c’est par ce que ces évocations apportent quelque chose à l’œuvre. Autant dire que l’Histoire en tant que science humaine n’est pas utilisée pour elle-même dans ce cas, mais qu’elle devient un instrument du scénario, un élément du décor au service de la création. Ce qui va nous occuper ici est de tenter d’identifier quelques scènes historiques (sans prétention à l’exhaustivité) et s’efforcer de comprendre comment les deux pôles historique et fictif constituent le cœur de l’histoire, au sens (...)


Page suivante

Réagir à cet article 1 Message
  • Une contribution très intéressante pour comprendre ce magnifique film dans ses intentions, son rapport à l’histoire et sa réflexion sur le mystère de la capacité humaine à produire le pire. Philippe Noiret et Romy Schneider forment un des plus beaux couples de l’histoire du cinéma français. Un bémol sur l’article : par pitié, attention à l’orthographe !
    Répondre à ce message

| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Pierre Lefranc avait ses attaches en Corrèze
Pierre Lefranc est mort. L’un des barons du gaullisme s’est éteint le 7 janvier 2012. L’occasion pour Arkheia d’exhumer de ses archives l’entretien qu’il nous avait accordé dans notre numéro 7-8-9 dédié au gaullisme et à l’antigaullisme dans le Sud-Ouest. (n°7-8-9). Notre correspondant en Corrèze Gilbert Beaubatie nous rappelle également que l’ancien résistant gaulliste avait ses attaches dans le Sud-Ouest, plus particiulièrement à Brive.
Le travail de la CIMADE auprès des (...) Dès l’été 1940, la Cimade juge prioritaire d’intervenir dans les camps du Sud-Ouest auprès des populations internées et, notamment, des enfants. Elle s’efforce de soulager leur misère matérielle et (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia