Arkheia, revue d'histoire

Le gaullisme dans le camp politique héraultais, 1957-69

Par Hélène Chaubin
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Arkheia n°7-8-9
Auteur : Hélène Chaubin est professeur d’histoire et de géographie. Elle est également correspondante de l’IHTP dans l’Hérault.

Page suivante

Quatre ans après la mise en sommeil du RPF et un an avant son triomphe national de 1958, le gaullisme n’a pas dans l’Hérault de leader local de premier plan et ne bénéficie pas de l’image mythique acquise dans d’autres régions méridionales . Il n’a ni député ni conseiller général et ne dirige aucune mairie. Le champ politique départemental est occupé par le PCF, la SFIO, les radicaux et, plus modestement, le MRP Si ces formations souffrent du discrédit de la IVe République, le personnel politique héraultais n’est pas lui-même l’objet de critiques graves.

Les options définies à Paris en décembre 1954 par le congrès national du RPF ont été à l’origine de la création, au début de 1955, de trois sections de “ républicains sociaux ” à Montpellier, Béziers et Sète. Leur premier congrès départemental se tient à Montpellier en présence de Jacques Chaban-Delmas le 14 mars. L’objectif : travailler à une réforme de la Constitution. Le moyen : “ entrer dans le système pour le faire exploser ”. La porte d’entrée est étroite : aux législatives de 1956, les gaullistes avec 2 181 voix sur 230 209 suffrages exprimés enregistrent une perte de 7 % par rapport à 1951. Leur candidat et responsable départemental est alors un industriel, André Valabrègue qui n’a pas d’attache dans l’Hérault : né à Paris en 1903, établi à Casablanca, il y était avant la guerre membre de la commission municipale. Blessé en 1940, décoré, de Gaulle l’a nommé en 1943 délégué économique du protectorat marocain auprès du CFLN et délégué à la commission du prêt-bail. Issu du parti radical-socialiste mais entièrement rallié à la cause gaulliste il a été nommé, après la Libération, conseiller à la présidence. En 1951, il est adjoint au secrétaire général du RPF. Un premier parachutage dans l’Aude en juin 1951 se solde par un échec (8,1 % des suffrages exprimés). Passé aux républicains sociaux, il est élu membre du comité directeur au congrès national de novembre 1955. Il réside à Paris. A Montpellier, le responsable départemental à la propagande des républicains sociaux est François Doumenge, professeur à la faculté des lettres qui jouit d’une “ certaine notoriété ” C’est lui qui lancera les appels en faveur de de Gaulle en 1958. Il y a dans l’Hérault comme ailleurs une désaffection de l’opinion publique à l’égard des institutions. La baisse des effectifs dans les grands partis politiques, l’aggravation du problème algérien, présagent une crise politique profonde. Le MRP de Paul Coste-Floret et les deux courants du parti radical qui auraient souhaité l’éviter se livrent à une critique réformiste dont la pertinence n’est pas sans effets dans l’opinion. Ni les gaullistes, ni l’extrême-droite n’attendent de changements par des procédures républicaines. André Valabrègue est proche de ceux qui souhaitent la (...)


Page suivante


| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
En vente sur ce site
1940, la Belgique du repli. L’histoire d’un petite Belgique dans le Sud-Ouest de la France (100 photos et 50 témoignages inédits).
Les Tondues de 1944
Vichy, Etat occitan ? Quand l’armistice met un terme à la Débâcle, au début de la quatrième semaine de juin 1940, la situation militaire de la France conduit à la création d’un État divisé, dont seule la partie méridionale est (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia