Arkheia, revue d'histoire

Le massacre de Katyn : un crime ordonné par Staline

Par Gilbert Beaubatie
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Seconde Guerre mondiale

Page suivante

Le 26 novembre 2010, la Douma, chambre basse du Parlement russe, a adopté en première lecture une déclaration attribuant la responsabilité du massacre de Katyn au NKVD, la police secrète de Joseph Staline. Si "les documents publiés, restés de nombreuses années dans les archives secrètes, ne font que dévoiler l’ampleur de cette terrible tragédie", ils témoignent aussi du fait que ce crime a été commis "sur ordre personnel de Staline et d’autres dirigeants soviétiques". Soixante-dix ans après, ce que des historiens ont depuis longtemps révélé et établi, est enfin officialisé !

Ce massacre, présenté par la propagande communiste comme un forfait commis par les nazis, a été dévoilé une première fois en 1943 par les Allemands qui occupaient alors la partie occidentale de l’URSS depuis septembre 1939. Tout a commencé après le 17 septembre 1939, jour où l’Armée rouge, conformément au protocole secret du pacte germano-soviétique signé le 23 août, a envahi et occupé une partie du territoire polonais. Le NKVD a procédé à l’arrestation de plus de 20 000 militaires, qui ont été ensuite transférés dans plusieurs camps (Starobielsk, Kozielsk et Ostachkov) et prisons de Biélorussie et d’Ukraine.

Le 5 mars 1940, dans une lettre "strictement confidentielle" qu’il adresse à Staline, le chef du NKVD Béria propose de "liquider" les prisonniers de guerre polonais. Proposition qui est approuvée et signée par les membres du Politburo (Staline, Vorochilov, Molotov, Mikoyan, Kalinine et Kaganovitch). Staline ordonne l’exécution d’au moins 25 700 Polonais, considérés comme des "ennemis incorrigibles", soupçonnés d’attendre seulement "d’être libérés pour participer activement à la lutte contre le pouvoir soviétique". Courant mars et avril 1940, le directeur des Affaires des prisonniers de guerre du NKVD, Soptounienko, constitue des groupes de 100 à 150 prisonniers, qui sont confiés aux commandants des régions du NKVD de Smolensk (3), de Kharkov (4) et de Kalinine (5). La planification du transport par voie ferrée est confiée à Milstein, responsable de la direction supérieure des transports du NKVD. 4 404 officiers, détenus à Kozielsk, vont ainsi être dirigés vers Katyn et massacrés (1).

La découverte de fosses communes à Katyn a été annoncée dans la nuit du 12 au 13 avril 1943 par la radio allemande : "Il a été trouvé un fossé de 28 mètres sur 16 dans lequel étaient empilés en douze couches les cadavres de 3000 officiers polonais (...) vêtus de leurs uniformes, certains étaient ligotés, tous avaient des blessures par balle dans la nuque". Quatre jours plus tard, le gouvernement polonais parti en exil à Londres demande une enquête de la Croix-Rouge internationale. Mais, la veille, une pareille demande a déjà été formulée par la Croix-Rouge de l’Allemagne nazie. Le 23 avril, la requête polonaise ayant été rejetée au motif que l’URSS s’y (...)


Page suivante


| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Toutes les questions et les réponses sur l’Occupation
99 questions... La France sous l’Occupation de Max Lagarrigue. L’indipensable ouvrage pour tout comprendre sur le sujet. Pour le commander cliquez ici
Les Hommes politiques du Sud-Ouest
Pablo de Azcárate : l’apôtre inconnu (...) Pendant très longtemps a prévalu l’opinion selon laquelle l’Espagne avait cessé de s’intéresser aux choses du monde au début du XXe siècle et que celle-ci dans le fond avait abandonné tout intérêt pour la (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia