Arkheia, revue d'histoire

Le sort des enfants juifs du Lot

Par Pascal Pallas
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Arkheia 25-26-27
Auteur : journaliste, rédacteur en chef de la Voix du Midi (Toulouse).

Margot, Denise, Jean-Claude, Charles et Pierre n’avaient pas dix ans lorsque la mort se mit à leurs trousses. Réfugiés dans le Lot où, parmi tant d’autres, leurs familles trouvèrent une planche après leur naufrage, ces cinq enfants juifs ont reçu d’une poignée de braves, la promesse de la vie. Récits.

Nous allons raconter trois histoires. Celle de Margot, née en 1935 à Metz, fille d’Arthur Cerf et d’Emma Levy d’origine allemande. Celle de Denise et Jean-Claude Bystryn, nés respectivement en 1935 et 1938, les deux enfants d’Iser Bystryn et de Sara Wolski, juifs polonais venus à Paris durant l’Entre-deux guerre. Nous parlerons enfin de Charles et de son cousin Pierre, les petits derniers de la famille Gol(d)stein (1) également originaire de Pologne et installée à Paris depuis le début des années 1930. Le premier, né en 1937, est le fils de Simon et de Léa. Pierre est né en 1939 de l’union de Bernard et Dora. Avant que les lois raciales ne les jettent sur les routes de la peur, une certaine insouciance avait forgé les premières certitudes de leurs jeunes vies. Margot Cerf grandit dans une famille prospère en sa « belle Lorraine ». Son père est industriel. Les Bystryn ont eu raison de fuir Brest-Litovsk et les rives indigentes de la rivière Bug marquant aujourd’hui la frontière de la Pologne avec la Biélorussie. Le père a réussi ses études d’ingénieur en France. Il est devenu chef du bureau d’étude des Bennes Pillot à Colombes (92). La maman a obtenu un diplôme de corsetière et suivi quelques cours de littérature en Sorbonne. Les Gol(d)stein ont également réussi le pari de l’immigration. Loin des pogroms subis à Wisznice, leur petit village d’origine niché à l’est de Varsovie, ils sont commerçants ambulants à Paris. On ne roule pas sur l’or, mais on croit en l’avenir « au pays que les miens considéraient comme celui des Droits de l’homme. Un proverbe disait d’ailleurs : heureux comme Dieu en France », témoigne Charles Goldstein.

POUR LIRE LA SUITE ABONNEZ-VOUS A LA REVUE ARKHEIA



| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
En vente sur ce site : Renaud Jean
Renaud Jean. Carnets d’un paysan député communiste par Max Lagarrigue. Le parcours hors du commun d’un Marmandais qui cotoya Lénine, Trotsky, Thorez...
Gaullisme et antigaullisme
Séjour surveillé pour « indésirables (...) La politique de répression mise en place par la IIIe République à l’encontre des individus jugés “dangereux pour la défense nationale ou la sécurité publique” se traduit par la création de “centres de (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia