Arkheia, revue d'histoire

Le voyage de Gaston Doumergue dans le Sud-Ouest inondé

Par Dominique Versavel
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Arkheia n°4
Auteur : Dominique Versavel est diplômée de l’école des Chartes. Elle est l’auteur d’une thèse intitulée : Les voyages présidentiels dans la France de l’entre-deux-guerres : rôles et images des chefs de l’Etat de 1918 à 1940.

Page suivante

A l’occasion d’une thèse effectuée pour l’École des Chartes sur la mise en scène du pouvoir à travers les voyages présidentiels dans la France de l’entre-deux-guerres, nous avons eu l’opportunité de nous pencher plus particulièrement sur le périple du président Gaston Doumergue dans le Sud-Ouest et le Midi, lors des grandes inondations de mars 1930.

Cette catastrophe qui ravagea le grand sud du pays, depuis le Lot et Garonne jusqu’à l’Hérault, fut - on ne le sait que trop dans la région - remarquable par l’ampleur des dégâts occasionnés. La France entière, au lendemain de la nuit meurtrière du 4 au 5 mars 1930, est sous le choc. Le dimanche 9 mars est même proclamé journée de deuil national en souvenir des nombreuses victimes des inondations. C’est dans cette atmosphère de tragédie à grande échelle que se prévoit, de toute urgence, le déplacement du président sur les lieux les plus touchés du cataclysme. La dimension du drame et l’émotion occasionnée exigeaient en effet la venue du premier magistrat, traditionnellement et symboliquement responsable du bien-être matériel et moral des citoyens, en vertu de cette dimension intrinsèque et irréductible du rôle de chef de l’Etat, qui, tous régimes confondus, de la monarchie thaumaturge à la Ve République, préside notamment aux visites d’hôpitaux et autres centres de soins et de secours. Mais la situation devait également entraîner la présence d’André Tardieu, président du Conseil et chargé, en tant que tel, des mesures techniques et financières à prendre pour la restauration matérielle et concrète des départements sinistrés. Cette visite des deux hommes d’Etat était donc justifiée voire attendue, d’un point de vue autant moral que technique. Ce voyage de Gaston Doumergue dans le Sud correspond, du reste, au paradigme de ce que nous avons appelé, dans notre typologie des visites présidentielles, le voyage de circonstance. Comparativement aux autres déplacements du chef de l’Etat en France, ces derniers - provoqués des événements d’ordre imprévu - sont en effet et pour ainsi dire plus “ improvisés “. Au lieu des six mois habituels, les services du Protocole et de la Sûreté Nationale ne disposent alors que de quelques jours de préparatifs, ce qui donne à ces voyages d’urgence un caractère effectivement moins figé, moins arrêté. Ces cas extrêmes ont pour effet, par ailleurs, de nous priver de la documentation traditionnellement riche des services organisateurs, faute d’une préparation minutieuse et minutée du déplacement présidentiel. L’étude du long périple des deux hommes d’Etat, partis pour le Sud, dés l’amorce de la descente des eaux, nous a de ce fait été rendue difficile. Nous nous sommes donc principalement aidés d’articles de journaux, rédigés, sur place ou depuis Paris, à l’occasion de cette visite officielle de réparation et de consolation. Or, (...)


Page suivante


| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Nous recherchons des correspondants locaux !
La revue Arkheia s’intéresse à l’histoire du Grand Sud-Ouest, elle recherche des correspondants locaux pour participer à son animation et sa rédaction. Si vous avez un goût pour l’histoire de votre département ou que vous effectuez déjà des recherches sur des événements survenus durant le XXe siècle... Rejoignez-nous ! Nous recherchons particulièrement des correspondants dans l’Aveyron, Gers, les Landes, le Lot, le Lot-et-Garonne, l’Ariège, sans toutefois être exhaustifs (région Aquitain, Languedoc-roussillon, Midi-Pyrénées et Limousin). Abonnement offert à la revue pour tous les correspondants.
Les Tondues de 1944
Au royaume de Philippe Ariès L’historien Philippe Ariès (1914-1984), de formation maurrassienne, explore en 1943, dans son premier ouvrage publié, Traditions sociales dans les pays de France, des formes d’organisations sociales (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia