Arkheia, revue d'histoire

Léon Moussinac, ami d’Aragon

Par Jacky Tronel
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Arkheia n°21

Page suivante

Le 28 octobre 1940, un groupe de 85 détenus quitte le camp de Gurs pour la prison militaire de Nontron, située au nord de Périgueux. Ils vont y séjourner jusqu’à la date de leur jugement. Parmi eux figure l’écrivain et journaliste Léon Moussinac, ami de Louis Aragon. Il est inculpé au motif d’avoir, entre le 26 septembre 1939 et le 20 avril 1940, « eu une activité ayant directement ou indirectement pour objet de propager les mots d’ordre de la IIIe Internationale communiste ».

Le transfert de Moussinac jusqu’au siège du tribunal militaire se fait à pied et sous escorte, de Nontron à Saint-Pardoux-la-Rivière, puis par le train, via Brantôme : « Nous sommes arrivés à Périgueux vers 10 heures, écrit-il. Il faisait froid. On est allé se réchauffer à la gendarmerie. Puis, à midi, mes gardiens m’ont emmené déjeuner avec eux à l’auberge du Cheval blanc […] Le repas fini, nous partons pour le siège du tribunal militaire de la XIIe région. Un hôtel réquisitionné, dans une vieille rue du centre. Nous sommes en avance. Une petite chambre d’attente au second étage. » En fin d’après-midi, le juge Arnoux annonce à Léon Moussinac sa mise en liberté provisoire. Assigné à résidence à Périgueux, il est tenu de se présenter au juge militaire tous les deux jours. Avec Jeanne, sa compagne, ils prennent pension à l’hôtel Domino [futur hôtel Talleyrand-Périgord, place Francheville]. Le 26 avril 1941, l’écrivain communiste reçoit une citation à comparaître à l’audience du 5 mai. Moussinac décrit son arrivée au palais de justice, la Tribulations judiciaires d’un prisonnier politique : Léon Moussinac longue attente dans la salle d’audience… « On nous regarde du prétoire : greffier, gendarmes, commissaire du gouvernement, soldats de service. Enfin, selon le cérémonial d’usage : le Tribunal… Présentez… armes ! Les juges font leur entrée : un colonel, deux commandants, un capitaine, un lieutenant, un adjudant et un simple soldat. Ils saluent, ôtent le casque et s’installent ». Il est 3 heures quand est donnée lecture de l’acte d’accusation. Interrogatoire du président, accusation du commissaire du gouvernement qui réclame que le maximum de la peine soit appliqué, soit cinq années d’emprisonnement, plaidoirie de l’avocat, dernière défense de l’accusé, puis délibération du tribunal. C’est finalement l’acquittement pur et simple. Léon Moussinac est entré à l’Humanité en 1922. Il y tiendra durant une dizaine d’années une chronique de critique cinématographique. En 1928, il va fonder Les Amis de Spartacus, pour diffuser le cinéma soviétique. L’aventure sera interrompue au bout de six mois par le ministère de l’Intérieur. Moussinac meurt en 1964. Son ami Aragon lui adresse dans Les Lettres françaises le texte intitulé « Cette nuit de nous » dans lequel il s’engage, en poète, à ne jamais la (...)


Page suivante


| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
soutenez la revue Arkheia
L’association Arkheia regroupe un collectif totalement bénévoles qui oeuvre depuis maintenant 10 ans pour collecter des archives, recueillir des témoignages de témoin clé comme d’anonyme pour mettre à jour notre histoire locale, notre patrimoine commun régional. Ce n’est que par la contribution de nos lecteurs et plus particulièrement par leur abonnement que ces recherches et surtout la publication de la revue Arkheia est rendue possible. Alors offrez Arkheia à ceux que vous aimez ! Un ouvrage offert pour chaque abonnement de soutien.
Les gabarres de Bergerac Vers 1850, le transport fluvial assurait 60 % des échanges de marchandises entre Bergerac et Bordeaux. Le vin représentait la plus grosse part du trafic, jusqu’à l’apparition du phylloxéra et la (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia