Arkheia, revue d'histoire

Les Allemands contre le nazisme et le pacte germano-soviétique

Par Ginette Juge-Barrot, Barbara Vormeier et Max Lagarrigue
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Arkheia n°1
Auteurs : Barbara Vormeier, professeur à l’université de Lyon II, et Max Lagarrigue, maître de conférences à l’IEP de Paris.

Page suivante

Pour lancer cette rubrique qui se veut lieu de débats, nous profitons du courrier que nous a expédié Ginette Juge-Barot, épouse de Pierre Juge, ancien député communiste de Tarn-et-Garonne. La missive de Mme Juge fait suite au débat suscité lors de la conférence qu’Arkheia a organisé à Montauban, le 15 juin dernier, autour de Barbara Vormeier, Professeur à l’université de Lyon II, intitulée : “ Des Allemands contre le nazisme “. [1] Devant l’argumentation développée par Madame Juge-Barot et par souci d’équité, nous avons donné un droit de réponse à Madame Vormeier. Ce courrier nous étant adressé nominativement nous donneront également quelques éléments de réponses à la question posée, s’il s’agit bien d’une question.

Dans le cadre de ma conférence organisée à Montauban sur l’invitation de l’association [2] le 15 juin 1999, j’ai essayé d’apporter des éclaircissements à la question posée relative au rapatriement volontaire vers le Reich d’environ 250 communistes autrichiens et allemands, internés dans les camps du Sud de la France, afin de participer à la résistance en Allemagne. Cette question soulève de nombreux problèmes quant au fonctionnement des partis communistes de l’époque, à la politique de Staline, à la guerre menée contre le nazisme. Voici quelques éléments complémentaires de réflexion : la Convention d’armistice franco-allemande du 22 juin 1940 comportait des accords politiques visant directement la situation des ressortissants du Reich résidant en France. Ces clauses (article 19) prévoyaient la libération de tous les prisonniers civils et militaires, mais aussi la remise aux autorités allemandes, sur leur demande, de tous les Allemands qui seraient nommément désignés par le gouvernement du Reich. Une sous-commission de la commission allemande d’armistice était chargé, en étroite collaboration avec le ministère des Affaires étrangères de Berlin, du rapatriement des prisonniers civils et des “ autres ressortissants allemands à partir de l’ensemble du territoire relevant de la souveraineté française “. La Gestapo devait intervenir dès l’été 1940 pour les opérations de rapatriement des soldats de la Légion étrangère, des prestataires ou des anciens membres des brigades internationales. La commission allemande de rapatriement avait aussi pour mission de rapatrier sur le territoire du “ Grand Reich “ les “ bons éléments “ parmi les réfugiés allemands et autrichiens internés dans les camps français. Les internés politiques se voyaient ainsi offrir “ la chance “ de redevenir des Allemands “ corrects “ et d’être réintégrés dans la communauté allemande, après un séjour de “ rééducation “ dans les camps de concentration allemands. [3] Le 18 septembre 1939 les responsables des partis communistes allemand et autrichien en France furent informés que le travail de (...)


Page suivante


| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Claude Campanini, le témoignage d’un déporté de Buchenwald
Issu d’une famille d’immigrés italiens qui se sont installé dans le Sud-Ouest de la France, Claude Campanini entre en résistance après avoir été recruté par son instituteur, Lucien Loubradou. Membre de la 12e compagnie de l’Armée secrète, à Moissac (Tarn-et-Garonne), il est finalement arrêté en 1943 et déporté dans le camp de concentration de Buchenwald. Il livre ici un témoigne unique et saisissant sur ses années au coeur du système concentrationnaire nazi.
Les Tondues de 1944
Dictionnaire de Gaulle de Claire (...) Michel Mourre, l’auteur du fameux Dictionnaire encyclopédique d’histoire (1978) devenu un classique, avait pressenti dès 1964, avec la publication de son Dictionnaire des idées contemporaines, (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia