Arkheia, revue d'histoire

Les Réseaux de renseignements franco-polonais, 1940-1944 de Jean Médrala

Par Nicole Roger-Taillade
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Critiques de livres

Page suivante

La photo de couverture ( provenant du Polish Institute and Sikorski Museum de Londres ) signale d’emblée l’un des enjeux de ce livre : rendre à la Pologne indépendante la place qui fut la sienne tout au long de la Seconde Guerre mondiale. Une Pologne dont la vision de la guerre en 1941 est désormais celle de « trois alliés [ … ] le général Sikorski, Winston Churchill et le général de Gaulle » et dont les troupes sont stationnés en Écosse. En octobre 1939, après l’invasion de la Pologne par l’Allemagne, la France avait recueilli le gouvernement polonais en exil. Une armée polonaise, forte de 80 000 hommes – émigrés polonais résidant en France ou réfugiés au cours de l’automne et de l’hiver 1939 - 1940 –, sous commandement du général Sikorski, participa aux principaux combats du printemps 1940, de Narvik à la bataille de France. Lors de l’armistice demandé par la France, Sikorski refusa de déposer les armes et gagna Londres : les Polonais continuèrent le combat par les armes, depuis la Grande-Bretagne et, dans la Résistance, sur le sol français.

L’ouvrage de Jean Medrala, fondé sur des archives publiques et privées en majeure partie inédites, comme le fonds Stanislas Lucki, se lit comme un roman d’aventures – d’espionnage et de contre - espionnage. Il entraîne le lecteur dans le labyrinthe des réseaux de renseignements franco-polonais, homologués par la France combattante sous le nom de « Réseau F 2 ». Dans les années 1930, des mathématiciens et des officiers polonais avaient réussi à « casser » le code de la machine ultra secrète Enigma destinée aux transmissions militaires allemandes. De 1933 à la fin de 1938, les experts polonais du bureau du chiffre avaient décrypté et lu, avec une maîtrise totale, les messages radio allemands en provenance de la Luftwaffe, de la Wehrmacht, des services régionaux et des organisations S S. En juillet 1939, en pleine crise de Dantzig, les Polonais invitèrent leurs alliés anglais et français au siège de la section polonaise du chiffre, à Pyry, dans les environs de Varsovie : ils leur révélèrent le résultat de leurs travaux et offrirent aux représentants britanniques et français des répliques de la machine Enigma allemande. Les services spéciaux britanniques, dès lors, perfectionnèrent les acquis polonais et l’on estime que c’est en grande partie grâce à la connaissance du code de ces machines que la bataille de l’Atlantique a été gagnée par les Alliées ( préambule de François Bouchet ). En des pages passionnantes, au long desquelles l’intérêt ne faiblit pas, Jean Medrala retrace l’histoire de ce fourmillement de réseaux et de sous - réseaux au sein desquels ont oeuvré, de 1940 à 1944, plusieurs centaines de techniciens polonais, opérateurs radio et inventeurs de postes miniatures. Hommage vient d’être rendu, à Uzès – siège du P C Cadix – à ces hommes qui « ont (...)


Page suivante


| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
En vente sur ce site : Renaud Jean
Renaud Jean. Carnets d’un paysan député communiste par Max Lagarrigue. Le parcours hors du commun d’un Marmandais qui cotoya Lénine, Trotsky, Thorez...
Les Tondues de 1944
Architecture et maladie mentale (...) Comme bon nombre d’asiles, le quartier psychiatrique fut édifié après le vote de loi de 1838 -en 1860 plus exactement-. Le bâtiment principal, la disposition des pavillons annexes répondent à des (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia