Arkheia, revue d'histoire

Les antifascistes italiens (47) sous l’Occupation par D. Titonel Asperti

Par Patrice Garesio
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Critiques de livres

Ecrire pour les autres” est le témoignage de Damira Titonel Asperti, une femme d’origine italienne, partie avec sa famille en 1925 de Refrontolo, un village de Vénétie, vers Monclar d’Agenais, bourgade de Lot-et-Garonne. Ce récit se compose de deux parties distinctes : La liberté, il faut la gagner, rédigées en 1991, et Enfance, écrite plus tardivement en 1994. Le premier texte relate principalement l’engagement dans la résistance, au sein des FTP MOI, la déportation au camp de Ravensbruck et le retour difficile à la vie normale de la jeune femme. Le second récit, par contre, développe les souvenirs d’enfance de la petite fille parmi la communauté italienne immigrée. Ces deux témoignages, vivants et bien écrits, forment en outre un document historique digne d’intérêt. Ils contiennent en effet une mine d’informations concernant la communauté italienne en France, son insertion progressive dans leur nouveau pays et bien sûr l’engagement des italiens antifascistes et communistes dans la résistance. C’est en particulier sur ce dernier point que Carmela Maltone, maître de conférences à l’université de Bordeaux, établit une approche historique documentée. Prenant pour appui le témoignage de Damira Titonel, ainsi que l’exemple significatif de l’action militante entreprise dans le Lot-et-Garonne, elle réalise une mise en perspective historique de l’action des immigrés italiens dans la résistance. Carmela Maltone souhaite ainsi démontrer la particularité d’un engagement antifasciste toujours tourné vers le rétablissement de la liberté dans leur pays d’origine, soumis au régime mussolinien. Dans le même temps, l’action dans la résistance prépare l’immigration italienne, dans son ensemble, à l’intégration définitive au sein de la société française.

Damira Titonel Asperti, Écrire pour les autres, Mémoires d’une Résistante. Les antifascistes italiens en Lot-et-Garonne sous l’Occupation, éditions préparée et présentée par Carmela Maltone, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 1999, 111 P., 90 F.



| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
soutenez la revue Arkheia
L’association Arkheia regroupe un collectif totalement bénévoles qui oeuvre depuis maintenant 10 ans pour collecter des archives, recueillir des témoignages de témoin clé comme d’anonyme pour mettre à jour notre histoire locale, notre patrimoine commun régional. Ce n’est que par la contribution de nos lecteurs et plus particulièrement par leur abonnement que ces recherches et surtout la publication de la revue Arkheia est rendue possible. Alors offrez Arkheia à ceux que vous aimez ! Un ouvrage offert pour chaque abonnement de soutien.
Gaullisme et antigaullisme
Cahors. Fusillés : un tabou, un (...) LaDepeche.fr | Publié le 20/07/2011 08:14 La revue d’Histoire « Arkheia » propose dans son dernier numéro un passionnant dossier intitulé « Les fusillés de la Libération : un tabou cadurcien », (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia