Arkheia, revue d'histoire

Les auxiliaires français de la Gestapo cadurcienne : Gabriel Benoni, le gitan

Par Cécile Vaissié
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Arkheia 25-26-27
Page précédente


(...) Benoni. Un délinquant qui a dénoncé le maquis Douaumont et fait chanter des Juifs cachés dans le Lot. Un ancien de la LVF qui, déporté à Dachau par le « train de la mort » du 2 juillet 1944, jonglait avec les identités, poursuivait ses intérêts propres et instrumentalisait à son profit les exigences nazies. Un Gitan qui est finalement très rassurant, tant il incarne – contrairement aux autres agents de la Gestapo cadurcienne - l’altérité absolue.

NOTES
- 1. Jugement 279 du 23 juillet 1952, Tribunal Militaire de Bordeaux. Archives de la justice militaire (Le Blanc), pièce 6.

POUR LIRE LA SUITE ABONNEZ-VOUS A LA REVUE ARKHEIA 

Page précédente



| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
D’un totalitarisme à l’autre... Les liaisons dangereuses de la Ligue des droits de l’homme
A lire : La Ligue des droits de l’homme adopta très tôt une attitude complaisante à l’égard du régime bolchevik. Retour sur l’histoire méconnue d’une certaine gauche qui, selon le mot de George Orwell, fut « antifasciste mais pas antitotalitaire ».
La seconde "patrie" de Manuel Azaña Un des derniers textes signés par Manuel Azaña est la lettre en forme de cri de détresse envoyée de Montauban, le 27 juillet 1940, à Pierre Laval, chef du gouvernement de Vichy, à la suite de l’ (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia