Arkheia, revue d'histoire

Les graffitis de Belleperche

Par Hervé Couton
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Arkheia n°5-6
Auteur : est photographe et vit à Montauban. Ces photographies ont fait l’objet d’une importante rétrospective à l’abbaye cistercienne de Belleperche (Tarn-et-Garonne).

Le mur du vaste escalier d’honneur XVIIIe est enrichi de graffitis dont beaucoup datent du XIXe siècle. L’éclairage latéral en intensifie l’émotion ressentie, donnant l’illusion du relief à ces inscriptions qui semblent sculptées pour l’éternité.

Haut perché, dans une écriture très XIXème, un immense « Vive la Liberté » étonnant de fraîcheur, semble remercier le lieu pour les rencontres qu’il engendra - l’auteur ayant signé un peu plus loin une « gloire aux aman(t)s » réunis.

« J’aime et on m’aime », « aime moi et je t’aimerai », « j’aime Angéla » autant de messages ou cris d’amour qui entourent la signature d’Hubert Lamort datant de 1770 (il serait le graffiti le plus ancien).

Ecritures appliquées, dessins esquissés, au-tres traces du temps qui passe, mêlés à des signatures, sont autant de signes qui offrent une esthétique abstraite baignée de réalisme.

Dans une pièce qui a pu être une chambre à coucher, les murs sont étrangement recou-verts d’un texte à l’écriture contemporaine, rédigé à la mine de plomb et dont de grandes parties sont malheureusement effacées par l’usure du temps.

POUR LIRE LA SUITE DE CETTE CONTRIBUTION, vous pouvez commander ce numéro ou vous abonnez à la revue dans la rubrique kiosque.



| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
La légende du bromure durant la Drôle de guerre
Mobilisé sur le front, Albert Lefèvre participe à la rédaction des journaux régimentaires. Destinée à maintenir le moral des troupes, cette presse le fait l’écho de l’utilisation du bromure. Une substance qui permettrait de réduire la virilité des permissionnaires.
Les Tondues de 1944
1930 : l’inondation du siècle TARN & GARONNE - Dans la nuit du 3 au 4 mars 1930, le Tarn-et-Garonne est englouti par les eaux du Tarn, de l’Aveyron et de la Garonne LaDepeche.fr | 05 Mars 2003 | 00h00 En l’espace de deux (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia