Arkheia, revue d'histoire

Les nationalismes dans l’exil républicain en France (1939-1975)

Par Geneviève Dreyfus-Armand
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Azaña 4 - 5 / hors série
Geneviève Dreyfus-Armand : historienne, conservateur général honoraire des bibliothèques, ancienne directrice de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC) et du Musée d’histoire contemporaine.

Page suivante

L’étude des nationalismes au cours de cette période particulière qu’est l’exil républicain espagnol, dans cette longue parenthèse qui a duré plusieurs décennies, offre probablement une opportunité privilégiée de saisir quelques aspects fondamentaux les concernant.

En situation d’exil, loin du territoire pour lequel ils revendiquent des droits particuliers, que reste-t-il de leur idéologie, de leurs aspirations et de leurs mythes ? Comment et avec quels objectifs interviennent-ils dans l’exil français, quels sont leur comportement politique, leur activité culturelle, leurs liens respectifs avec la société française et avec l’Espagne ? Enfin, quels ont été le rôle et la fonction de cet exil nationaliste : a-t-il assuré la jonction entre l’avant-franquisme et l’après-franquisme ? Est-ce que des exilés ont – personnellement – aidé à cette jonction en se réinsérant dans leur région d’origine avec des responsabilités importantes ? Quelles sont les similitudes et les différences entre les exils basque et catalan, car cet exposé sera centré sur ces deux nationalismes et il n’y sera pas question de l’exil galicien ? Autant de questions auxquelles il ne sera pas toujours apporté de réponses – en tout cas rarement de réponses définitives – car beaucoup d’aspects restent encore à explorer.

Pourtant, de nombreux ouvrages sont parus depuis une trentaine d’années, en Catalogne ou en Euskadi, étudiant l’activité politique des Catalans et des Basques en exil, les institutions basque et catalane reconstituées à l’extérieur ou l’action culturelle des nationalistes en France 1. Mais, ces ouvrages sont centrés sur l’une ou l’autre des nationalités et il n’existe pas de véritable étude comparative. Le même phénomène peut être constaté en France où, généralement, c’est l’un des nationalismes qui est étudié 2.

Des liens anciens avec des secteurs de la société française

De par l’extension géographique des cultures catalane et basque de part et d’autre des Pyrénées, les Catalans et les Basques avaient développé avant leur exil des liens anciens et importants avec des secteurs de la société française. L’ancienneté et la force des liens intellectuels, politiques et amicaux entretenus souvent depuis des décennies ont, dans bien des cas, atténué les affres de l’exil. Les nationalistes catalans avaient, depuis le début du XX e siècle, des liens anciens avec les intellectuels occitans et roussillonnais, liens réactivés fortement dans les années 1920 et 1930, ce qui explique notamment les élans de solidarité manifestés à leur égard par ces derniers lors de leur exil. Beaucoup d’intellectuels et d’hommes politiques catalans exilés en 1939 avaient collaboré à des revues catalanes françaises et à des revues occitanes, avaient eu des contacts avec des leaders du mouvement occitaniste et travaillé avec eux dans (...)


Page suivante


| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Claude Campanini, le témoignage d’un déporté de Buchenwald
Issu d’une famille d’immigrés italiens qui se sont installé dans le Sud-Ouest de la France, Claude Campanini entre en résistance après avoir été recruté par son instituteur, Lucien Loubradou. Membre de la 12e compagnie de l’Armée secrète, à Moissac (Tarn-et-Garonne), il est finalement arrêté en 1943 et déporté dans le camp de concentration de Buchenwald. Il livre ici un témoigne unique et saisissant sur ses années au coeur du système concentrationnaire nazi.
Manuel Azaña face à la question (...) La pensée d’Azaña a toujours accordé une place importante à l’idée de nation, d’autant plus qu’il se montrait convaincu de la diversité des conceptions qui se dissimulent sous ce terme, à plus forte raison (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia