Arkheia, revue d'histoire

Les réseaux de l’OSE dans la région préfectorale de Limoges (1941-1944)

Par Simon Ostermann
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Arkheia 25-26-27
Auteur : Historien, université de Tours, CEHVI.

De cinq en 1939, les maisons de l’Œuvre de secours aux enfants (OSE) passèrent à quatorze en 1942, réparties dans la zone non occupée dont neuf se situaient dans la région préfectorale de Limoges . Son action bénéficia d’une certaine autonomie permettant de développer des infrastructures capables de prendre en charge un nombre croissant d’enfants. Les rafles de l’été 1942, l’invasion de la zone non occupée par l’armée allemande et les nouvelles alarmantes venant de l’Est européen sur le sort des déportés juifs poussèrent l’OSE à envisager l’entrée dans la clandestinité totale. Dans la région préfectorale de Limoges, la fermeture des homes et la dispersion de leurs pensionnaires commencèrent au cours de l’automne 1943.

Les arrestations désorganisèrent et conduisirent à la fermeture du bureau de l’OSE à Limoges dès le début de l’année 1944. Ce fut précisément durant cette période que s’intensifia la déportation massive des enfants juifs de France. Mais l’organisation et la coordination des réseaux de l’OSE, appuyées par des aides extérieures, permirent la survie de la majorité de ses protégés. Aussi, nous appartient-il d’interroger les ramifications de l’œuvre pour mieux appréhender sa structure et son ampleur dans la région préfectorale de Limoges.

Les témoignages écrits et oraux, appuyés par les archives disponibles aux archives départementales de la Haute-Vienne, à l’AIU, aux archives nationales, au CDJC, au SHD ou à Yad Vashem, confirment l’importance du rôle des réseaux de l’OSE dans les opérations de sauvetage. L’étude portera d’abord sur l’installation de l’OSE basée sur l’assise strasbourgeoise des œuvres repliées à Limoges, et se poursuivra sur ses réseaux intérieurs (les œuvres intégrées à l’UGIF ) et extérieurs (l’Aumônerie, les réseaux chrétiens et la Résistance), pour finir par le circuit Garel.

POUR LIRE LA SUITE ABONNEZ-VOUS A LA REVUE ARKHEIA



| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
soutenez la revue Arkheia
L’association Arkheia regroupe un collectif totalement bénévoles qui oeuvre depuis maintenant 10 ans pour collecter des archives, recueillir des témoignages de témoin clé comme d’anonyme pour mettre à jour notre histoire locale, notre patrimoine commun régional. Ce n’est que par la contribution de nos lecteurs et plus particulièrement par leur abonnement que ces recherches et surtout la publication de la revue Arkheia est rendue possible. Alors offrez Arkheia à ceux que vous aimez ! Un ouvrage offert pour chaque abonnement de soutien.
Réactions au n° Vichy, Etat occitan (...) L’écrivain et essayiste aveyronnais Yves Rouquette dont on connaît l’implication en faveur de la langue et la culture occitane – une anthologie occitano - française de ces poèmes vient d’ailleurs de (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia