Arkheia, revue d'histoire

Linfort et les forçats de la Grande Boucle

Par Max Lagarrigue
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Critiques de livres

Page suivante

Après ses livres sur Pellos et les dessinateurs du Tour de France, l’ancien sous-préfet de Castelsarrasin, Jean-Michel Linfort récidive en publiant un ouvrage de dessins sur la Grande Boucle et les cols pyrénéens.

Ces toiles à peine décrochées des cimaises de l’Espace République, à Valence-d’Agen, Jean-Michel Linfort, l’ancien sous-préfet de Castelsarrasin, s’est lancé dans un nouveau défi pictural et éditorial. Il vient de publier à l’occasion du centenaire du franchissement des Pyrénées par la Grande Boucle un monumental ouvrage « L’Escalier des géants » (Toulouse, éditions Le Pas d’oiseau). Un « roman graphique » comme aime à le qualifier son auteur, qui conte au travers d’une centaine de dessins, fusains, peintures et autres pastels les exploits et les drames qui font aujourd’hui la légende du Tour aux Pyrénées. Un véritable tour de force graphique et historique que ce disciple de Pellos est parvenu à réaliser au prix d’une collecte frénétique de milliers de revues disparues, de journaux jaunis conservés au gré des affections préfectorales et de clichés photos sépia d’une jeunesse passionnée pour le Tour. Alors qu’il termine dans nos colonnes une série de dessins illustrant notre chronique sur ce 97e Tour de France, Jean-Michel Linfort a accepté d’expliquer sa boulimie artistique et sportive qui, à 64 ans, ne semble toujours pas rassasiée.

Comment est venue l’idée de cet ouvrage ?

Cela fait des années que, passionné par la Grande Boucle, je collecte de la documentation et que dans le même temps je peins sur le sujet. Ainsi à l’occasion de la commémoration du centenaire de la traversée des Pyrénées par le Tour, j’ai monté une grande exposition sur le sujet (actuellement au musée de Luchon) que cet ouvrage accompagne.

C’est un ouvrage atypique…

Absolument, un vrai roman graphique qui a été un exercice enthousiasmant à faire d’autant que l’idée est neuve.

Pour retrouver l’atmosphère du Tour en 1910, sur quelle documentation vous êtes-vous appuyés ?

Principalement sur le travail des photographes sportifs de l’époque qui ont été, jusqu’à l’accaparement du Tour de France par la télé, les principaux hérauts de la geste cycliste. Ainsi, à la collecte des anciennes revues sportives, j’ai constitué une importante iconothèque qui a servi de base à mon travail artistique.

Cycliste averti, pensez-vous que l’on puisse faire un tel ouvrage sans avoir franchi soi-même les cols pyrénéens ?

J’ai été frappé avant tout par l’absence de références sur les cols, un sujet sous-traité dans la littérature sportive. Il est vrai que le fait de connaître ces ascensions m’a permis de mieux appréhender la dramaturgie de l’épopée du Tour dans les Pyrénées.

Votre livre s’arrête à 1974, mettant de côté l’épopée des Hinaut, Fignon, Virenque…

Cette date n’est pas a été prise au hasard. Elle (...)


Page suivante


| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
En vente sur ce site : Renaud Jean
Renaud Jean. Carnets d’un paysan député communiste par Max Lagarrigue. Le parcours hors du commun d’un Marmandais qui cotoya Lénine, Trotsky, Thorez...
L’obscur assassinat de Maurice (...) TARN & GARONNE- HISTOIRE. LA REVUE RÉGIONALE « ARKHEIA » REVIENT SUR L’UN DES CRIMES POLITIQUES MAJEURS DE L’OCCUPATION. LaDepeche.fr | 10 Mai 2004 | 00h00 Le 2 décembre 1943, le directeur de « La (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia