Arkheia, revue d'histoire

Mai-68 dans la cité de Cohn-Bendit

Par Max Lagarrigue
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Arkheia 23-24
Auteur : Max Lagarrigue est historien et directeur - fondateur de la revue Arkheia. Il est l’auteur notamment de 99 questions... La France durant l’Occupation (CNDP, 2007), 1940, l’Europe de la défaite (Privat, 2011) ou de Renaud Jean. carnets d’un paysan député communiste (Atlantica, 2001).

10 mai 1968. Trois jours avant l’appel à la grève générale, 3 000 lycéens montalbanais paralysaient la cité natale de Daniel Cohn-Bendit 1. L’origine gasconne de Dany le Rouge n’eut certes qu’une modeste influence sur l’impétuosité de la jeunesse tarn-et-garonnaise mais cela n’empêcha pas la cité d’Ingres de traverser une longue période d’agitation, à l’image de celle qui toucha de nombreuses villes moyennes.

Du boulot ! », « Des débouchés ! », « Des facs pour tous ! »… Les slogans des lycéens montalbanais qui s’ébranlent en cortège de la place Prax-Paris, en ce 10 mai, en direction de la préfecture, ne sont guère révolutionnaires 2. « Tout a commencé au lycée de garçons d’Ingres où, le matin du 10 mai, les pensionnaires avaient prémédité, la veille, de boucler l’établissement », se souvient Jean - Paul Damaggio qui avait alors 17 ans 3. « Des piquets de grève en empêchaient l’entrée et, spontanément, nous sommes partis débaucher les filles juste à côté, au lycée Michelet. » Et si l’enrôlement y fut plus difficile, les « responsables de l’établissement ne les laissant sortir qu’au compte-gouttes », à La Fobio (l’actuel lycée Antoine-Bourdelle), c’est la presque totalité du lycée technique qui rejoint ce cortège totalement spontané.

Pour lire la suite... commander notre numéro en version papier ou numérique.



| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Pierre Lefranc avait ses attaches en Corrèze
Pierre Lefranc est mort. L’un des barons du gaullisme s’est éteint le 7 janvier 2012. L’occasion pour Arkheia d’exhumer de ses archives l’entretien qu’il nous avait accordé dans notre numéro 7-8-9 dédié au gaullisme et à l’antigaullisme dans le Sud-Ouest. (n°7-8-9). Notre correspondant en Corrèze Gilbert Beaubatie nous rappelle également que l’ancien résistant gaulliste avait ses attaches dans le Sud-Ouest, plus particiulièrement à Brive.
LDH : les liaisons dangereuses de (...) La commission consacrée au procès est finalement élargie à Albert Bayet et à Maurice Paz. Rien ne semble toutefois aboutir, à lire la lettre de démission de ce dernier : « Je suis arrivé à la conviction (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia