Arkheia, revue d'histoire

Mai 68 dans la cité de Cohn-Bendit

Par Max Lagarrigue
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Suppléments
Auteur : Historien et journaliste à La Dépêche du Midi, il est directeur-fondateur de la revue Arkheia et auteur notamment de 99 questions... La France durant l’Occupation (CNDP, 2007).

(...) plus insensible aux difficultés des grévistes, la mairie, tenue par le maire socialiste Louis Delmas, vote avec sa majorité radical-socialiste et communiste « une enveloppe de 100 000 francs pour nous aider (le 25 mai). » Un soutien qui ne passe pas inaperçu, comme, le 28 mai, le brutal décès dans un accident de la route du secrétaire départemental de la CGT, Roger Lafabrie, annonçant aussi la fin du « mai 1968 » montalbanais.

|chronologie
- 10 mai 1968 : « 3 000 lycéens » défilent, en matinée, dans les rues de Montauban. Ils font un sit-in devant la préfecture. « La Dépêche » consacre une partie de sa « Une » à l’événement ;

- 12 mai : Une nouvelle manifestation des lycéens montalbanais se rassemble place Prax-Paris ;

- 13 mai : Appel à la grève générale, un millier de manifestants à Montauban ;

- 18 mai : Les cheminots du département se mettent en grève ;

- 20 mai : Une centaine de délégués des lycéens se réunissent à la maison du peuple ;

- 21 mai : Le mouvement de grève s’étend d’EDF-GDF aux impôts, à la Sécu qui occupe les locaux de la caisse primaire, au privé, les salariés des Ets Delmas, ceux des chaussures Arakelian, de la cimenterie de Lexos et à Castelsarrasin, les ouvriers de Cégédur entament la grève. Un grand meeting intersyndical sous la halle Ligou réunit, en soirée, les leaders du mouvement local ;

- 22 mai : Les salariés de la Targa, à Moissac, ceux des Ets Roux, à Montauban, de la briqueterie Vagilio débraillent également en même temps que les salariés du centre hospitalier. Une journée d’études réunissant élèves, professeurs et parents est organisée au lycée Michelet ;

- 23 mai : Les syndicats enseignants des lycées techniques de Montauban demandent le report des examens ; grève aux magasins Réunis, Prisunic, garage Auton et au crédit lyonnais ; manif en blouse blanche des employés de l’hôpital devant la préfecture ;

- 24 mai : Manifestation paysanne, à l’appel de la Fdsea, à Castelsarrasin.

- 25 mai : des rencontres entre les syndicats et le patronat ont lieu à la préfecture ; grève des émployés communaux ; la municipalité de Gauche tenue par le maire Louis Delmas octroie une aide de 100 000 francs aux grévistes Montalbanais en difficultés.

- 26 mai : grand bal à l’instigation de la CGT sous les parapluies Ligou ;

- 27 mai : : l’enseignement privé entre dans le mouvement et se met en grève.

- 28 mai : Accident du secrétaire départemental de la CGT, Roger Lafabrie qui se rendait à une réunion syndicale à Montaigu-de-Quercy ;

- 29 mai : les enseignants en grève occupent l’Inspection académique (des images sont tournées pour le JT de l’ORTF, www.ina.fr) ; les grévistes de chez Arakélian montent un syndicat CGT.

- 31 mai : Une foule considérable est présente pour les obsèques de Roger Lafabrie. Le Mai « 68 » Montalbanais touche à sa fin, le privé va cesser la grève en (...)



| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Pierre Lefranc avait ses attaches en Corrèze
Pierre Lefranc est mort. L’un des barons du gaullisme s’est éteint le 7 janvier 2012. L’occasion pour Arkheia d’exhumer de ses archives l’entretien qu’il nous avait accordé dans notre numéro 7-8-9 dédié au gaullisme et à l’antigaullisme dans le Sud-Ouest. (n°7-8-9). Notre correspondant en Corrèze Gilbert Beaubatie nous rappelle également que l’ancien résistant gaulliste avait ses attaches dans le Sud-Ouest, plus particiulièrement à Brive.
Gaullisme et antigaullisme
Manuel Azaña et la culture française En 1940, paraissait à Madrid un livre sur les rapports de l’Espagne et de la France. Dans la préface on pouvait lire cette phrase :« Azaña est le prince de nos francophiles » ( el príncipe de nuestros (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia