Arkheia, revue d'histoire

Manuel Azaña face à la question nationale

Par Jean-Pierre Amalric
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Azaña 4 - 5 / hors série
Jean-Pierre Amalric : président de l’association Présence de Manuel Azaña, professeur émérite de l’Université Toulouse-Le-Mirail.

Page suivante

La pensée d’Azaña a toujours accordé une place importante à l’idée de nation, d’autant plus qu’il se montrait convaincu de la diversité des conceptions qui se dissimulent sous ce terme, à plus forte raison quand il s’agit de l’appliquer à l’Espagne.

Le « problème espagnol » au début du XXe siècle

Avant même de la soumettre à une réflexion critique, il place la nation au tout premier rang des acteurs qui font l’histoire. Et, naturellement, la nation qu’il a d’abord en vue, c’est celle à laquelle il sait appartenir. Ainsi, dès la première prise de position publique que constitue la conférence qu’il consacre en 1911, dans sa ville natale d’Alcalá, au « problème espagnol », c’est la situation de la « nation espagnole » qui est au coeur de ses préoccupations : les maux dont elle souffre lui ont inspiré, comme aux jeunes hommes de sa génération, « autant de honte que d’indignation 1 ». Retard économique, corruption politique, démoralisation sociale participent à un constat radical : « Comme il n’y a pas d’idéal national, nous vivons en castes ; les unes haïssent, les autres ont peur ; les unes ravalent leur fureur, les autres exploitent les furieux, et nous nous voilà ainsi, l’arme au bras, en attendant l’heure de nous déchirer 2. » Aussi tout son discours appelle-t-il les hommes de sa génération à se retrousser les manches pour reconstruire une nation qui n’est devant leurs yeux qu’un champ de ruines.

Pour cette tâche, il invite ses auditeurs à se saisir de deux outils institutionnels pour les mettre au service de la nation. Le premier, qu’il nomme « localisme », cherche à ressusciter la vie civique et démocratique dans le cadre municipal, là où se trouve « la société politique la plus proche de nous », pour en faire « une école de citoyens  ». Encore faut-il avoir soin que cet esprit local ne dégénère, soit en tournant en « un sentiment d’hostilité et de hargne de village à village, de ville à ville, de région à région, refusant de comprendre leurs idées respectives et aspirations propres en rendant impossible leur conciliation supérieure », soit encore en se dégradant en « un traditionalisme sentimental et creux » se contentant de célébrer les gloires locales 3.

Pour Azaña, la ferveur envers le terroir originel ne doit donc pas étouffer le sentiment d’appartenance à la communauté nationale. D’ailleurs, il ne transige pas pour en appeler à « l’autre instrument de la transformation » de la nation, c’est-à-dire à l’État en tant qu’« organe protecteur et défenseur de la culture et que chargé de la définition de droits ». Tout en prenant soin cependant de récuser « l’écrasant centralisme » dont la France de la Convention avait donné l’exemple, il voit dans ce même État « l’unique Dieu de qui nous pouvons attendre ce miracle » consistant à rendre et imposer la (...)


Page suivante


| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Arkheia : Pensez à vous réabonner pour 2012
Avec la parution de nos numéros Les fusillés de la Libération et le hors série Azaña 4-5, nous clôturons l’abonnement 2011. Pour poursuivre votre abonnement pour 2012, n’attendez pas, renvoyez-nous dès aujourd’hui votre demande auquel est jointe votre chèque de 20 euros à Arkheia, 5 bld Marceau-Faure, 82100 Castelsarrasin. Vous pourrez ainsi recevoir en avant-première le numéro spécial Enfance brisée, enfance cachée. Le sort des enfants juifs dans le Sud-Ouest (n°25-26), à paraître au printemps 2012.
Dunes : le dernier témoin du 23 juin (...) Au matin du 23 juin 1944, Roger Bourgade, le jeune homme de Cuq, est envoyé par son père dans la bastide voisine pour ferrer une jeune jument. Fait otage, il assiste aux onze pendaisons. L’image (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia