Arkheia, revue d'histoire

Manuel Azaña : une mémoire vivante ?

Par Geneviève Dreyfus - Armand
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Azaña 4 - 5 / hors série
Geneviève Dreyfus - Armand : vice-présidente de l’association Présence de Manuel Azaña. Historienne, conservateur général honoraire des bibliothèques, ancienne directrice de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC) et du Musée d’histoire contemporaine.

Page suivante

Lors du 5 e colloque tenu au cours des Journées Manuel Azaña, en novembre 2010, il s’est agi d’explorer – comme les années antérieures – un aspect particulier de la pensée et de l’action du dernier président de la République espagnole. Au coeur de cette manifestation multiforme, à plusieurs facettes, consacrée, depuis 2006, à la République espagnole et à Manuel Azaña, ce colloque s’est voulu, à l’instar de ceux qui l’ont précédé, un moment de partage de connaissances et de réflexion historique. Faire oeuvre d’histoire, avec la rigueur, le sérieux et la méthodologie que cela implique, est assurément le moyen privilégié d’effectuer le travail de mémoire entrepris depuis plusieurs années par l’association Présence de Manuel Azaña autour de la figure du dernier président républicain. Cela signifie essayer de connaître, comprendre et expliquer le passé, avec les ombres et les lumières de la période, comme celles des acteurs de l’époque.

Si la mémoire est nécessaire et utile, elle est, par nature, subjective, partielle et partiale. Le travail historique consiste à tenter de reconstituer le passé dans sa complexité et ses multiples nuances. Aussi, en 2010, l’association Présence de Manuel Azaña a souhaité explorer la manière dont la mémoire de Manuel Azaña s’est construite, aussi bien en France qu’en Espagne, du côté des vainqueurs de la Guerre civile comme de celui des exilés républicains. L’exil républicain ne constituant pas un ensemble homogène, loin s’en faut, il convenait d’étudier comment les différentes tendances politiques – républicains, anarchistes, socialistes, communistes – avaient entretenu ou non la mémoire de Manuel Azaña au long des années de déracinement. Des historiens de la UNED ont apporté des analyses remarquables sur le devenir de la mémoire de Manuel Azaña : Alicia Alted Vigil a étudié les gouvernements et partis républicains en exil, Àngel Herrerín López s’est penché sur le mouvement anarchiste et ses rapports avec la République, tandis que Santos Juliá Díaz a décrit l’imaginaire des vainqueurs. Sur le mouvement socialiste en exil, dont il est un grand spécialiste, Bruno Vargas, de l’Université d’Albi, a repéré les étapes de mémoire et d’oubli et Fernando Hernández Sánchez, de la Universidad autónoma de Madrid, a décrit les relations entre Manuel Azaña et les communistes.

Nous avions conscience de prendre un grand risque en abordant un tel thème car, on le sait, sans parler des franquistes, nombre de partis et mouvements du camp « républicain » n’ont pas manqué de faire porter à Manuel Azaña le poids de la défaite finale. Mais il n’y a pas de tabou en histoire et c’est en explorant lucidement la difficulté de construction de la mémoire de Manuel Azaña que, progressivement, sans éluder aucun aspect, sa personnalité et sa stature émergeront véritablement. Comme Diego (...)


Page suivante


| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Moczarski, entretien avec un bourreau le SS Jürgen Stroop
A lire : l’analyse critique de l’historien Jean-Louis Panné sur l’ouvrage exceptionnel de Kazimierz Moczarski, Entretiens avec le bourreau (Gallimard).
Le PCF a-t-il voulu prendre le (...) Dès 1943, le Parti communiste français engage une stratégie révolutionnaire de prise du pouvoir à la Libération. La présence de communistes agissant clandestinement au sein des principales instances de (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia