Arkheia, revue d'histoire

Mémoires de résistance (1940-1944), partie I

Par Marie-Rose Gineste
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Arkheia n°2-3
Auteur : Marie-Rose Gineste, résistante tarn-et-garonaise, Juste parmi les Nations.

(...) dura environ un mois et dès qu’il fut en état de pouvoir voyager il repartit pour la Tunisie. L’automne et l’hiver 1939, c’était la “ drôle de guerre “, peu de combats sur les fronts. Ainsi se termina l’hiver, mais dès le printemps se furent les affrontements, la vraie guerre. Alors nous avons vu arriver jusque dans nos régions du Midi l’exode des réfugiés ; des soldats n’ayant plus d’unités ou ne sachant plus où elles se trouvaient fuyaient aussi vers le sud de la France ; on en voyait passer dans des véhicules mais aussi à pied. C’était pénible à voir.

Une anecdote : J’aillais le dimanche à Canals, chez ma soeur, je me souviens y être allée un dimanche de mai 1940, à bicyclette ; or il y avait sur la route nationale 20, entre Montauban et Canals, une file ininterrompue de véhicules de toutes sortes, civils et militaires, de personnes à pied : c’était l’exode des réfugiés et des soldats en débandade, à bicyclette et même à pied. Il me fut difficile de couper ce triste cortège et traverser à gauche de la route pour prendre le chemin conduisant chez ma soeur, à 500 mètres de Canals. Il y eut à peu près à cette époque le grand quartier général replié qui vint s’installer à Montauban, au château de Montauriol, évêché inoccupé depuis le décès de l’évêque Mgr Durand le 4 novembre 1939, son remplaçant n’étant pas encore nommé par le Saint Père. Le grand quartier général étant à Montauban, il fût demandé à la population montalbanaise de donner toutes les chambres disponibles pour héberger les officiers et sous-officiers de l’état-major, ils étaient nombreux. Pensant que c’était tout simplement notre devoir, avec maman, nous avions décidé d’utiliser pour nous, comme chambre, une pièce sans fenêtre, une pièce noire, et de donner notre chambre. Le sous-officier qui nous fût affecté s’étant de lui-même rendu compte de la gène que nous occasionnait sa présence, resta peu de temps et il nous fit rayer de la liste des chambres réquisitionnées pour l’armée. Ensuite il y eut l’armistice, et l’événement qui suivit fut le premier appel du général de Gaulle - l’appel du 18 juin 1940. Quel immense espoir a fait naître en moi, comme en bien d’autres, cet appel du général de Gaulle lorsque je l’ai entendu moi-même en écoutant la BBC que je prenais régulièrement. Il n’en était pas fini de la France. Un général nous demandait de continuer la lutte. Cela correspondait à mon sentiment, mentalement il avait mon adhésion, il me restait à découvrir comment traduire concrètement mon engagement. Cela est venu plus tard. À cette période il y avait dans le Midi de nombreux réfugiés du nord de la France, de l’est de la France et de la Belgique. De nombreux soldats belges étaient cantonnés à Grenade, en Haute-Garonne, et sa région. Ils aidaient les paysans aux travaux des champs. Dans ma famille, à Canals, (...)



| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Pierre Lefranc avait ses attaches en Corrèze
Pierre Lefranc est mort. L’un des barons du gaullisme s’est éteint le 7 janvier 2012. L’occasion pour Arkheia d’exhumer de ses archives l’entretien qu’il nous avait accordé dans notre numéro 7-8-9 dédié au gaullisme et à l’antigaullisme dans le Sud-Ouest. (n°7-8-9). Notre correspondant en Corrèze Gilbert Beaubatie nous rappelle également que l’ancien résistant gaulliste avait ses attaches dans le Sud-Ouest, plus particiulièrement à Brive.
Thierry Meyssan : pauvre Voltaire (...) Créé en janvier 1994, le réseau Voltaire, comme son nom l’indique, se réclame du libre penseur des Lumières, une référence logique à l’époque pour son fondateur Thierry Meyssan, alors membre de la (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia