Arkheia, revue d'histoire

Mémoires libertaires de la Seconde République

Par Ángel Herrerín López
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Azaña 4 - 5 / hors série
Ángel Herrerín López : professeur titulaire au département d’histoire contemporaine de la UNED ( Universidad nacional de éducación a distancia ), Madrid.

Page suivante

La fin de la Guerre civile espagnole n’a pas signifié la paix, mais la continuation d’une sanglante répression de la part des vainqueurs. Le poteau d’exécution, les longues condamnations à la peine de prison, les camps de concentration et un exil prolongé furent le destin de milliers de combattants du camp républicain. Les premières années de l’après-guerre furent marquées par la désunion et l’affrontement entre les différents partis et syndicats du camp des vaincus, qui se reprochaient mutuellement la défaite. Cet affrontement se répétait au sein de chaque organisation et tentait de faire disparaître les responsabilités de chacun dans le conflit. Le mouvement libertaire représenta un cas spécial. La division interne parvint à sa plus grande expression en 1945, avec la formation de deux organisations séparées qui, cependant, conservèrent le même sigle. Il fallut attendre seize ans pour parvenir à une brève réconciliation qui, peu d’années après, se trouva brisée par une nouvelle scission. Les deux groupes entre lesquels la CNT en exil se trouva divisée comprirent que leur mémoire collective représentait une partie importante de leur avenir ; c’est pour cela qu’ils entreprirent une bataille pour elle, afin de démontrer que leur fraction était la véritable dépositaire des valeurs fondamentales du mouvement libertaire. En conséquence, la mémoire collective libertaire fut continuellement « revisitée » et convertie en un champ de bataille sur lequel se livrait la lutte pour l’hégémonie du mouvement. C’était une lutte pour être les véritables héritiers de ce passé glorieux dans laquelle, en plus de justifier les événements du passé, on recherchait un aval pour les activités menées dans le présent et, en même temps, on prétendait donner un sens au futur que chaque groupe essayait de construire.

Cet article essaie d’analyser ces « mémoires libertaires » qui eurent pour objet la révision de l’action du mouvement par rapport à la Seconde République. Il ne s’agit pas, bien entendu, de reconstruction historique du passé par chacune des organisations, mais de l’utilisation de la mémoire ou, plus exactement, de la « politique de la mémoire » que n’importe quelle organisation ou institution, publique ou privée, conduit pour justifier le passé, adapter le présent et indiquer l’avenir. La relation entre république et anarchie a oscillé, en Espagne, au long de l’histoire, entre acceptation et affrontement. Une relation qui remonte aux temps où, pratiquement, leurs militants se confondaient.

Républicains et anarchistes

Quand Giuseppe Fanelli arriva en Espagne en 1868, envoyé par Bakounine pour diffuser les idées de l’Alliance internationale de la démocratie socialiste et de la Première Internationale, les premiers contacts eurent lieu à Madrid et à Barcelone. Le premier foyer de l’Internationale se créa dans la capitale en (...)


Page suivante


| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
En vente sur ce site : Renaud Jean
Renaud Jean. Carnets d’un paysan député communiste par Max Lagarrigue. Le parcours hors du commun d’un Marmandais qui cotoya Lénine, Trotsky, Thorez...
1940, le Sud-Ouest dans la tourmente
Tipasa, 1960 Sur les traces de Camus qui avait visité Tipaza en temps de paix, l’auteur revient sur les ruines paléo-chrétiennes en des circonstances bien différentes, celles de la guerre d’Algérie. “ Au (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia