Arkheia, revue d'histoire

Moczarski, entretien avec un bourreau le SS Jürgen Stroop

Par Jean-Louis Panné
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Critiques de livres
Auteur de la note de lecture : Jean-Louis Panné : historien, éditeur chez Gallimard.
Page précédente


(...) votre antisémitisme idéologique s’est trouvé réduit à néant. » Dans ce simple échange s’impose toute la différence entre les deux protagonistes. Lorsqu’en 1971 Kazimierz Moczarski entreprit de rédiger le verbatim de ses conversations, il prit soin de vérifier certains éléments des déclarations de Stroop. En 1972, la revue Odra publia son texte en feuilleton. La censure jugea bon d’interdire la publication du jugement qui avait réhabilité l’auteur. Le livre ne paraîtra qu’en 1977 en volume, deux ans après la mort de Moczarski.

Légende : Lors du 65e anniversaire de l’insurrection du ghetto de Varsovie, la municipalité de Varsovie fit placarder de grandes affiches reproduisant certaines photos du rapport de J. Stroop - ici est célébré le courage des femmes et les deux étendarts (polonais et l’étoile de David) sont réunis comme ils le furent place Muranowski, à la grande crainte de Stroop.

En 1979, les éditions Gallimard l’éditaient, rejetant toutes les pressions des autorités polonaises qui voulaient interdire la préface de l’ami de Moczarski : Andrzej Szczypiorski que l’on trouvera donc ici, avec pour cette réédition en poche, une postface d’Adam Michnik, opposant au régime communiste devenu directeur du grand quotidien Gazeta. Ce texte inédit en français vient heureusement compléter la première édition. Adam Michnik y cerne les questions politiques et morales qui jaillissent aussi bien de l’histoire de ces 225 jours de confrontation que de l’itinéraire intellectuel et politique de Moczarski. En les prenant à son compte, l’ancien interné de Gierek et de Jaruzelski, établit de fait un lien intime entre les traditions démocratiques antitotalitaires des années d’avant-guerre, toujours vivantes durant l’occupation, et le renouveau démocratique polonais des années 1970-1980. La grandeur morale, l’humanisme de Moczarski apparaissent par là comme une source d’inspiration pour le mouvement d’opposition qui finit par triompher en 1989.

Si un jour on devait sélectionner une ou deux dizaines de livres sur l’histoire du XXe siècle, nul doute que les Entretiens avec le bourreau y figureraient, tant ce document revêt une qualité et une rare importance à la fois historique et morale.

Note de lecture critique : Jean-Louis Panné. 

Page précédente



| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
D’un totalitarisme à l’autre... Les liaisons dangereuses de la Ligue des droits de l’homme
A lire : La Ligue des droits de l’homme adopta très tôt une attitude complaisante à l’égard du régime bolchevik. Retour sur l’histoire méconnue d’une certaine gauche qui, selon le mot de George Orwell, fut « antifasciste mais pas antitotalitaire ».
1940, le Sud-Ouest dans la tourmente
Trois questions sur...L’Epuration : (...) L’Épuration demeure encore un sujet tabou dans l’histoire française. Période trouble où l’on veut juger les coupables de la Collaboration. On distingue deux temps : une épuration dite « sauvage » et (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia