Arkheia, revue d'histoire

Nation et Nations en Espagne

Par Jean-Pierre Amalric
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Azaña 4 - 5 / hors série
Jean-Pierre Amalric : président de l’association Présence de Manuel Azaña, professeur émérite de l’Université Toulouse-Le-Mirail

Page suivante

Le colloque tenu en 2009 dans le cadre des 4es Journées Manuel Azaña s’est proposé d’aborder une question à laquelle eut à s’affronter le gouvernement présidé par Manuel Azaña et qui reste toujours cruciale aujourd’hui : la place du nationalisme – terme à utiliser au pluriel autant et plus qu’au singulier – dans la vie politique et sociale de l’Espagne. Un Français, héritier d’une tradition politique restée longtemps plus jacobine que girondine, éprouve quelque difficulté à comprendre la confrontation permanente du nationalisme espagnol, dit parfois « espagnolisme », avec les nationalismes revendiquant des identités distinctes, fondées sur la culture et l’histoire, celles de la Catalogne, du Pays basque, de la Galice. Le temps imparti limitait l’étendue de cette approche (le programme des Journées comportant cette année-là l’inauguration du tout nouveau collège Manuel-Azaña), sans prétendre, loin de là, à l’exhaustivité. C’est pourquoi les quatre exposés présentés constituent-ils autant de coups de sonde, chacun se référant à une problématique particulière, mais ne couvrant évidemment pas l’ensemble d’un champ aussi vaste.

Le premier est naturellement consacré à « Manuel Azaña face à la question nationale », et s’efforce de faire le lien entre la pensée du jeune intellectuel se confrontant à ce qui lui apparaît comme l’héritage d’une nation en ruines et le programme de l’homme d’action, parvenu en 1931 à la plus haute responsabilité, à la tête du gouvernement de la République. C’est à ce titre qu’il eut à engager et mener à terme le débat conduisant à l’adoption du Statut de la Catalogne.

Il revient ensuite à Juan José Solózabal, professeur de droit constitutionnel à l’Université Complutense de Madrid, de proposer une analyse en termes juridiques de la place des « autonomies » dans le système institutionnel espagnol. En se référant aux débats qui, sous la République, confrontèrent les points de vue d’Azaña et d’Ortega y Gasset, il montre l’influence qu’ils exercèrent sur les constituants de la Transition démocratique.

En apportant un éclairage original sur la place actuelle des pouvoirs régionaux autonomes, dans le cadre de la Constitution de 1978, il fait apparaître le lien qui, par delà la dictature franquiste, unit la Seconde République et l’Espagne démocratique d’aujourd’hui.

Avec Iñaki Iriarte, enseignant et chercheur de l’Université du Pays basque, le lecteur est invité à découvrir un cas peu connu en dehors de ses frontières. Son « essai de synthèse » sur « La Navarre et le navarrisme » explore les méandres complexes qui ont vu cette région, où le peuplement et la culture basque sont anciennement implantés, entretenir des rapports changeants avec le nationalisme basque, qui souhaite son rattachement à l’Euskadi, puis se ranger présentement sous la (...)


Page suivante


| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Arkheia : Azaña 4 - 5
Manuel Azaña : Nation et mémoire en débat sous la co-directions de Geneviève Dreyfus-Armand et Jean-Pierre Amalric. A découvrir ici...
Claude Singer, Le Juif Süss et la (...) Le livre de Claude Singer Le Juif Süss et la propagande nazie est l’histoire du film Le Juif Süss réalisé par Veit Harlan, et sorti sur les écrans allemands à la fin de l’année 1940. Ce film, au service (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia