Arkheia, revue d'histoire

Oumma.com : la vitrine légale d’un islamisme décomplexé ?

Par Max Lagarrigue
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Opinion, débats
Auteur : historien, directeur de la revue Arkheia et journaliste à La Dépêche du Midi.

Page suivante

Entre deux publicités, l’une pour le hijab à la mode iranienne et l’autre pour les éditions Tawhid qui promeuvent les vidéoconférences du fondamentaliste Tariq Ramadan, le site web oumma.com – qui s’autoproclame premier site web islamique francophone avec, selon ses administrateurs, cent vingt mille abonnés et plus de six millions de visites mensuelles – s’annonce comme le carrefour culturel et religieux de la « seconde religion de France ». Créé en septembre 1999 par Saïd Branine, oumma.com (oumma est une expression qualifiant la communauté des croyants comme un tout) ne se cache pas d’être la devanture des thèses de Tariq Ramadan. Le prédicateur genevois s’y exprime régulièrement et notamment lorsque les médias traditionnels ne le laissent pas diffuser ses thèses aux relents antisémites.

Légende : Le 7 février 2004, Thomas Milcent exhorte les jeunes filles à résister face à la loi contre les signes religieux à l’école. / Photo, athéisme.org

Le site bénéficie de moyens techniques et financiers très honorables. Il a mis en place Oumma TV, une télévision communautaire qui peut justifier le port du voile islamique, l’entrisme dans les organisations politiques comme l’appel à une laïcité ouverte sur les revendications religieuses. Parmi les intervenants, on retrouve des personnes déjà acquises de fait à la cause à l’exemple du Strasbourgeois Thomas Milcent alias docteur Abdallah. Ce docteur en médecine et membre du Conseil français du culte musulman (CFCM) s’est rendu célèbre en défendant avec ardeur des jeunes filles voilées. Mais on sait moins que ce Français, converti à l’islam lors de plusieurs séjours en Afghanistan, est un proche du chef de guerre afghan Gulbuddin Hekmatyar.

Aux côtés des prédicateurs, Oumma TV donne la parole à des interlocuteurs d’horizons plus variés. Ainsi, la « féministe » Cécilia Baeza, membre du conseil scientifique de Sciences-Po Paris et cofondatrice de l’association Les Sciences potiches se rebellent, qui a défendu le voile islamique devenu un symbole émancipateur féministe ! L’association a pris fait et cause pour le collectif islamo-gauchiste Une école pour toutes qui considère la loi sur l’interdiction des signes religieux à l’école comme le vecteur d’une discrimination raciste. Le site se fait fort d’assurer la promotion du collectif des Indigènes de la République pour qui la colonisation serait consubstantielle de la République française.

Légende : Nadia Yassine et son père le rpédicteur islamiste Marocain Abdessalam./ Photo, site au fait du Maroc.

Passerelle entre les islamistes et une partie de la gauche, oumma.com donne également sans complexe la parole à des fondamentalistes. Nadia Yassine, la fille d’Abdessalam Yassine, qui dirige le mouvement islamiste marocain Al Adl Wal Ihsane (Justice et Bienfaisance) dont (...)


Page suivante


| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
D’un totalitarisme à l’autre... Les liaisons dangereuses de la Ligue des droits de l’homme
A lire : La Ligue des droits de l’homme adopta très tôt une attitude complaisante à l’égard du régime bolchevik. Retour sur l’histoire méconnue d’une certaine gauche qui, selon le mot de George Orwell, fut « antifasciste mais pas antitotalitaire ».
Gérard Belloin, Mémoires d’un fils de (...) Durant des décennies, l’historiographie communiste a été nourrie d’une quantité invraisemblable de récits autobiographiques, de mémoires. Ces récits de vies furent le plus souvent « le fruit d’une (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia