Arkheia, revue d'histoire

Pablo de Azcárate : l’apôtre inconnu de la paix

Par Jean-François Berdah
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Azana 2 / hors série
Jean-François Berdah maître de conférences à l’université Toulouse-Le Mirail.

Page suivante

Pendant très longtemps a prévalu l’opinion selon laquelle l’Espagne avait cessé de s’intéresser aux choses du monde au début du XXe siècle et que celle-ci dans le fond avait abandonné tout intérêt pour la politique extérieure, y compris sous la Seconde République de 1931 à 1939. Cette opinion résultait pour l’essentiel des ouvrages publiés par Salvador de Madariaga, diplomate et homme politique éminent, dont l’expérience et l’apparente objectivité critique suffisaient à en asseoir la véracité. À bien des égards pourtant cette opinion allait se révéler infondée à la lecture de la documentation diplomatique, lors de l’ouverture des archives officielles après la mort de Franco, et mettre en lumière, tout au contraire, une action extérieure novatrice, ouverte sur l’Europe et le monde, en rupture avec la politique de grandeur poursuivie par la monarchie. Depuis les années 1980, en effet, les travaux portant sur la politique extérieure à l’époque contemporaine, notamment sous la Seconde République, ont montré combien les conclusions de Madariaga ont été inspirées par le sentiment amer de n’avoir pas été considéré à sa juste valeur - lui qui se targuait d’avoir été l’une des têtes pensantes de la République et d’avoir eu une « expérience politique internationale peut-être plus longue que la normale » -sans avoir jamais été nommé Ministro de Estado, c’est-à- dire ministre des Affaires étrangères de la République espagnole. En dépit de la tragédie nationale subie en 1898 et de la tentation de repli (recogimiento ) préconisée par Ángel Ganivet, de nombreux intellectuels de la nouvelle génération étaient convaincus que le salut de l’Espagne ne pouvait passer que par la fin de la diplomatie traditionnelle, la redéfinition des objectifs extérieurs et un certain alignement sur les grandes nations européennes, notamment la France et l’Angleterre, toutes choses qui supposaient l’avènement d’une démocratie véritable. Cette conviction était partagée par la plupartdes disciples de la Junta para Ampliación de Estudios qui, grâce à cette institution, avaient découvert l’Europe à la veille de la Grande Guerre et fini dans leur grande majorité par embrasser les idéaux de la modernité. Parmi ceux-ci se trouvaient des hommes illustres comme Manuel Azaña, les frères Machado et… Salvador de Madariaga, mais il s’y trouvait aussi des personnages plus discrets que l’histoire a négligés et dont pourtant l’action mérite d’être soulignée. Tel est le cas de Pablo de Azcárate y Flores qui, après avoir exercé une carrière politique dans sa province natale du León, a successivement servi les intérêts de la Société des Nations, de la République espagnole et enfin de l’Organisation des Nations Unies pendant entre 1922 et 1952. Il n’est guère possible de comprendre la brillante carrière diplomatique et politique de Pablo de (...)

Page suivante


| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Nous recherchons des correspondants locaux !
La revue Arkheia s’intéresse à l’histoire du Grand Sud-Ouest, elle recherche des correspondants locaux pour participer à son animation et sa rédaction. Si vous avez un goût pour l’histoire de votre département ou que vous effectuez déjà des recherches sur des événements survenus durant le XXe siècle... Rejoignez-nous ! Nous recherchons particulièrement des correspondants dans l’Aveyron, Gers, les Landes, le Lot, le Lot-et-Garonne, l’Ariège, sans toutefois être exhaustifs (région Aquitain, Languedoc-roussillon, Midi-Pyrénées et Limousin). Abonnement offert à la revue pour tous les correspondants.
Les Hommes politiques du Sud-Ouest
Édito « Je n’ai jamais su pour ma part et je ne sais toujours qu’un moyen, un seul, de bien comprendre, de bien situer la grande histoire. C’est d’abord de posséder à fond, dans tout son développement, (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia