Arkheia, revue d'histoire

Pourquoi des femmes sont- elles tondues à la Libération ?

Par Max Lagarrigue
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Arkheia n°17-18
Auteur : Max Lagarrigue, historien, directeur de la revue Arkheia. Son dernier ouvrage 99 questions... Les Français durant l’Occupation, Montpellier, 2007.
Page précédente


(...) femme adultère était exposée et promenée dans les rues de la ville, le plus souvent sur un âne : renvoi à une fonction expiatoire de l’exposition. La tonte des femmes constitue ainsi une forme de catharsis pour une partie de l’opinion française refoulée par quatre années de privations, de peur ; les résistants de la dernière heure ne furent pas les derniers à manifester un zèle sans commune mesure. D’autres chercheurs ont démontré que cette violence ciblée est un exutoire de l’épuration et qu’elle a réduit les tensions locales des premiers jours de la Libération. Ainsi, l’image des « femmes tondues » demeure une des images les plus fortes de la période de la Libération. Enlevées, molestées, barbouillées de rouge à lèvres et affublées d’une croix gammée tracée au goudron, crânes tondus, sommairement vêtues, voire nues, les « femmes tondues » sont exhibées sous les insultes et les menaces d’une foule souvent hystérique. Cette mise au pilori a un double sens : selon Virgili, « il s’agit par la tonte non seulement d’exclure la femme de la communauté nationale, mais aussi de détruire l’image de la féminité ». La « collaboration horizontale » étant perçue comme l’équivalent d’une infidélité à la nation toute entière, la « tondeuse épuratoire » est la « condition nécessaire au nettoyage du pays ».

Pour aller plus loin…

# BROSSAT (Alain), Les Tondues : un carnaval moche, Levallois-Perret, Manya, 1993. # VIRGILI (Fabrice), La France « virile ». Des femmes tondues à la Libération, Paris, Payot, 2000.

Extrait de l’ouvrage de Max Lagarrigue "99 questions... La France durant l’Occupation" (CNDP, 2007). Ouvrage disponible sur commande dans la rubrique kiosque. 

Page précédente


Réagir à cet article 1 Message
  • Une illustration de votre article
    14 juin 2012 13:34, par Jean
    Je me permets de vous envoyer un lien vers le site d’un photographe de l’époque. La galerie dédiée à la libération de Paris est saisissante : les barricades, les allemands prisonniers, la liesse populaire et ... Les femmes tondues. C’est une bonne mise en perspective, et en images, de ce mois d’août 44. http://www.sergedesazo.com/site/galerie.php ?alb=28
    Répondre à ce message

| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
En vente sur ce site
1940, la Belgique du repli. L’histoire d’un petite Belgique dans le Sud-Ouest de la France (100 photos et 50 témoignages inédits).
Les Tondues de 1944
Manuel Azaña face à la question (...) La pensée d’Azaña a toujours accordé une place importante à l’idée de nation, d’autant plus qu’il se montrait convaincu de la diversité des conceptions qui se dissimulent sous ce terme, à plus forte raison (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia