Arkheia, revue d'histoire

Réactions au n° Vichy, Etat occitan ?

Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Arkheia n°17-18

Page suivante

L’écrivain et essayiste aveyronnais Yves Rouquette dont on connaît l’implication en faveur de la langue et la culture occitane – une anthologie occitano - française de ces poèmes vient d’ailleurs de paraître aux éditions Letras d’Òc sous le titre Pas que la fam. La Faim seule ( 1958 - 2004 ) – a souhaité apporter ses commentaires au précédent numéro d’Arkheia intitulé : « Vichy, État occitan ? ».

Arkheia a publié un dossier passionnant et clairvoyant sur les occitanistes confrontés au gouvernement de Vichy durant la dernière guerre. Il est clair que les défenseurs de la langue d’Oc ont été séduits par la réhabilitation des langues parlées en France, dans le cadre d’une politique prenant le contre - pied de celle de la Troisième République. Il semblait qu’il en était fi ni avec l’interdiction de ces langues dans les écoles, avec la suspicion de séparatisme dont les occitanistes avaient fait les frais, à l’époque du jeune Mistral et sans cesse depuis. D’où cette déclaration de pleine satisfaction que signent les animateurs de la société d’Études Occitanes en 1941, faction qu’ils soient de sensibilité ou d’appartenance de droite ou de gauche. L’adhésion d’un certain nombre d’entre eux au maréchalisme puis à la collaboration ne fait aucun doute. Louis Alibert se fait fort, dans sa demande d’un poste d’enseignant d’occitan à la faculté de Toulouse d’avoir fondé la Milice dans son village. [1] Roger Barthe, ancien responsable de la jeunesse radicale devient préfet de Vichy, André - Jacques Boussac affiche ses convictions pétainistes : il en aura des ennuis à la Libération. L’abbé Salvat sera innocenté de ses accointances avec la Révolution nationale pour sa déportation à Neuengamme à titre de notable pris en otage, mais pas du tout en tant que résistant. Dans les milieux félibréens, l’adhésion aux thèses de vichy est massive. Frédéric Mistral neveu – de qui Robert Lafont est encore le commensal lors des fêtes de fin d’année en 1943 : je le tiens de lui - même – est le porte - drapeau incontesté du pétainisme en Provence mistralienne. Ismaël Gérard serait-il aussi collaborateur ? Rien n’est moins sûr mais la revue le montre en train de solliciter, pour un fi lm, Lagardelle, ministre de Vichy. En temps utile, il saura se rapprocher de Soula, médecin comme lui, résistant et fonder l’Institut d’Études Occitanes, en 1945, version revisitée de la SEO. Gérard n’a pas été résistant, et non plus les autres fi gures historiques de l’occitanisme, Max Rouquette, Léon Cordes, René Nelli, Lafont, les communistes Castan, Allies, Philippe Malrieu. Un seul des fondateurs a pris les armes et en a fait usage : Charles Camprou, autonomiste pour l’Occitanie dans l’avant - guerre, très vite marginalisé. Et au côté des félibres, un autre : Paul Gayraud, romancier qui devra s’auto publier et (...)


Page suivante


| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Claude Campanini, le témoignage d’un déporté de Buchenwald
Issu d’une famille d’immigrés italiens qui se sont installé dans le Sud-Ouest de la France, Claude Campanini entre en résistance après avoir été recruté par son instituteur, Lucien Loubradou. Membre de la 12e compagnie de l’Armée secrète, à Moissac (Tarn-et-Garonne), il est finalement arrêté en 1943 et déporté dans le camp de concentration de Buchenwald. Il livre ici un témoigne unique et saisissant sur ses années au coeur du système concentrationnaire nazi.
1939-1941 : les années de rupture L’histoire déconcerte. Elle impose brusquement aux hommes des réévaluations qui les surprennent et parfois les tétanisent. Osons le parallèle avec l’actualité et avec le désastre économique en passe de (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia