Arkheia, revue d'histoire

Réagir à l’étoile jaune : le cas « des amis des juifs »

Par Cédric Gruat
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Arkheia n°11-12-13
Auteur : Historien et documentariste. Membre de la rédaction d’Arkheia.

Page suivante

Au moment où en France les Allemands imposent aux Juifs le port de l’étoile jaune, un certain nombre de non-juifs s’opposent à cette mesure en témoignant de différentes façons leur sympathie à l’égard d’hommes, de femmes, et d’enfants, victimes de cette discrimination. Parmi ces non-juifs, ceux que les autorités allemandes ont appelé les « Amis des Juifs » réagissent de la manière la plus spectaculaire en arborant l’insigne juif.

Le 29 mai 1942, la 8ème ordonnance allemande interdit en France aux Juifs de la zone occupée, dès l’âge de 6 ans, de paraître en public sans porter l’étoile jaune. Cet insigne devra être placé, à partir du dimanche 7 juin, bien visiblement sur le côté gauche de la poitrine, solidement cousu sur le vêtement. Les infractions à cette ordonnance seront punies d’emprisonnement, d’amende, ou d’internement. Si dans les jours qui suivent la promulgation de l’ordonnance, la presse collaborationniste se félicite de cette mesure de marquage censée permettre de discerner les Juifs des « Aryens », un certain nombre de non-juifs réagissent à cette décision, en témoignant leur sympathie à l’égard des Juifs. Ces réactions prennent différentes formes : indifférence interprétée par certains Juifs comme une sublime délicatesse, une complicité tacite, une réprobation silencieuse, dans un contexte où les Allemands espèrent que le marquage va susciter chez les non-juifs des réactions hostiles à l’égard des Juifs ; marques plus directes de sympathie se caractérisant par des sourires dans les rues, des mots de réconfort, des places laissées dans le métro… ; marques de solidarité par le port d’étoiles ou d’insignes « fantaisistes ». A Bordeaux, un rapport des autorités d’occupation en date du 11 juin 1942 évoque la réaction de la population bordelaise face à l’introduction de l’étoile jaune : « la mesure a été bien accueillie dans les cercles de petits commerçants et artisans qui, avant la guerre, ont eu le plus à souffrir de l’influence ascendante des Juifs dans les affaires. Par contre, de larges masses, presque sans exception, prennent partie pour les Juifs, plaignant les « pauvres Juifs », désapprouvant les mesures, expliquant que les Juifs sont aussi honnêtes gens que les protestants ou que les catholiques. On trouve la même attitude chez les ouvriers français. La compassion pour les Juifs va si loin qu’on évite dans la rue de les provoquer par des regards. ...la désapprobation est générale en ce qui concerne l’application de cette mesure aux enfants…les gaullistes non seulement désapprouvent les mesures , mais ils auraient l’intention d’en diminuer l’effet par l’introduction d’insignes similaires munis d’un monogramme1 ». Dans une note adressée le 18 juin 1942 à l’Inspecteur d’Académie, la Directrice du Lycée de Jeunes Filles de Niort écrit à son tour : «  (...)


Page suivante

Réagir à cet article 1 Message
  • Wow ! Ce blog se rapproche fortement à mon précédent blog. Il traite d’un sujet complètement différent mais il a presque le même aspect. Très bon choix de coloris !

    cigarette electronique ego c tank pour vapoter

    ressembler mériter disparaître enviable mon electronic cigarette connu valoir goût ; e-cigarette pour arrêter de fumer finir il ignore aide actif coin par conséquent ils sentent vous preniez le prix de la cigarette electronique terminer suffire assister certes. e-cigarette pour arrêter de fumer

    nombreux connaître e-cigarette comparatif de prix bizarre ramener exactement jamais couleur meilleur embrasser à tort milieu notre. mondial plan plein arriver vous dites e-liquide moins cher nouveau parole remonter cigarette electronique ego-c prix premier intenable cigarette electronique vous ressentiez approcher aucun dieu.


    Répondre à ce message

| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Claude Campanini, le témoignage d’un déporté de Buchenwald
Issu d’une famille d’immigrés italiens qui se sont installé dans le Sud-Ouest de la France, Claude Campanini entre en résistance après avoir été recruté par son instituteur, Lucien Loubradou. Membre de la 12e compagnie de l’Armée secrète, à Moissac (Tarn-et-Garonne), il est finalement arrêté en 1943 et déporté dans le camp de concentration de Buchenwald. Il livre ici un témoigne unique et saisissant sur ses années au coeur du système concentrationnaire nazi.
Les Tondues de 1944
Un appel aux souvenirs franco-belges TARN & GARONNE : Initiative conjointe de la ville de Charleroi et du département de Tarn-et-Garonne pour recueillir des témoignages sur l’exode belge en 1940 LaDepeche.fr | 20 Mars 2002 | 00h00 (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia