Arkheia, revue d'histoire

Renaud Jean, carnets d’un paysan député communiste

Par Max Lagarrigue
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Suppléments
Auteur : Max Lagarrigue est historien. Il est l’auteur notamment de 99 questions... La France durant l’Occupation (CNDP, 2007) ou de Renaud Jean. carnets d’un paysan député communiste (Atlantica, 2001).

(...) 

Comme le fait judicieusement remarquer Jacques Clémens, les carnets de 1914 attestent “ d’une grande maturité et maîtrise culturelle chez le futur député ”. Conseillé par son épouse, Jean apprend l’espagnol. Dès mai 1916, il se voit confier le poste de professeur auxiliaire à l’école pratique de commerce et d’industrie d’Agen, profession qu’il conserve jusqu’à septembre 1919. A cette date, il est révoqué malgré une demande au titre de professeur adjoint. Officiellement, l’administration invoque le motif de “ surnombre ” avec le retour des anciens combattants. Les raisons de ce renvoi ont, semble t-il, un caractère plus politique qu’économique. L’intervention du député-maire radical d’Agen, Jules Cels, n’y est vraisemblablement pas étrangère.

Et pour cause, remarqué par l’activité qu’il déploie dans les journaux socialistes départementaux et nationaux, Jean s’expose à un autre feu. Ajoutons que dès les législatives de 1914, la fédération socialiste de Lot-et-Garonne a décidé de s’opposer ouvertement à Jules Cels en soutenant le maire d’Agen, Georges Laboulène. Nul doute que les slogans stigmatisant le député radical sortant comme “ ennemi de la classe ouvrière ” et que la consigne de vote sommant “ qu’aucune voix de travailleurs ne doit se porter sur son nom ! ”, ont conduit en catimini à un règlement de compte dont est victime le nouveau secrétaire de la fédération SFIO.

“ De paysan, la guerre avait fait de lui un invalide et un émigrant ; de célibataire, la guerre avait fait de Jean l’époux de l’influente Isabelle Mendès ”, Jean Jean se transforme dès lors en Renaud Jean. Le petit paysan meurt tandis que naît le paysan communiste.

| Née le 4 mai 1882 à Bordeaux, Isabelle Mendès, après une scolarité à Bordeaux, obtient un brevet de capacité pour l’enseignement primaire le 30 juin 1897 puis le diplôme de fin d’études secondaires en 1899. En 1904, elle réussit son entrée comme élève à l’École Normale Supérieure de Sèvres. Admissible à l’agrégation de sciences, elle est nommée professeur au collège de jeunes filles à Villeneuve-sur-Lot, le 17 septembre 1907. Elle continue sa carrière au lycée de jeunes filles d’Agen par la suite. Le 4 septembre 1909, elle obtient son agrégation. Elle achève sa carrière au lycée de Versailles le 6 décembre 1941. Isabelle a-t-elle une parenté avec la famille Mendès-France ? Il nous a été impossible d’en retrouver la trace. Issu d’une famille juive, son père Gaston Mendès était fondé de pouvoir de l’entreprise H. Thompson de Bordeaux. C’est grâce à l’aisance familiale de sa belle-famille que Renaud Jean pût tenir durant l’Occupation sans s’exposer à de grandes difficultés matérielles. Si son indemnité parlementaire cesse d’être perçue à partir du 3 janvier 1940, il apparaît qu’Isabelle, qui continue à exercer, n’a (...)



| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
D’un totalitarisme à l’autre... Les liaisons dangereuses de la Ligue des droits de l’homme
A lire : La Ligue des droits de l’homme adopta très tôt une attitude complaisante à l’égard du régime bolchevik. Retour sur l’histoire méconnue d’une certaine gauche qui, selon le mot de George Orwell, fut « antifasciste mais pas antitotalitaire ».
1940, le Sud-Ouest dans la tourmente
Pierre Barral : un historien précurseur Il est des travaux pionniers, des écrits fondateurs. L’article « Idéal et pratique du régionalisme dans le régime de Vichy » (in la Revue française de science politique, vol. XXIV, n°5, octobre 1974, (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia