Arkheia, revue d'histoire

Silvio Trentin un libraire résistant

Par Paul Arrighi
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Arkheia 20
Auteur : Paul Arrighi est docteur en histoire contemporaine et juriste.

Page suivante

Italien antifasciste, exilé en France, proche des républicains espagnols, SilvioTrentin fut l’un des personnages clés de la Résistance à Toulouse. Sa librairie de la rue du Languedoc, devenu un lieu de ralliement intellectuel et politique, fit office de tremplin pour le lancement, en 1942, de son propre mouvement, « Libérer et Fédérer ».

Á l’arrivée de Mussolini au pouvoir, Trentin fut l’un des rares professeurs à démissionner de son poste à l’université. Ce geste courageux le condamna, en 1926, à un exil en Gascogne où il exerça, plusieurs années durant, de petits métiers sans toutefois rompre avec le milieu intellectuel. Sur les conseils de l’enfant terrible de la SFIO toulousaine, Camille Soula, lui-même approuvé par certains collègues de la faculté de droit de Toulouse, Silvio Trentin décida d’acquérir, en 1935, à 50 ans, grâce à l’appui financier de son épouse et d’amis de jeunesse, le fonds de commerce d’une librairie sise 46 rue du Languedoc. Un emplacement bien choisi ? Probablement pas. Situé à quelques dizaines de mètres d’une autre librairie dans la même rue, le commerce de Trentin était relativement éloigné des facultés de droit et de lettres et du quadrilatère formé par les rues du Taur et des Lois, le petit Quartier latin toulousain. Quant au fonds de livres, il s’avéra vite maigre en quantité et finalement décevant en qualité d’après les souvenirs de son fils aîné. Cependant, l’endroit n’était pas dépourvu de charme. De surface modeste, la librairie se prolongeait par une salle minuscule, « bourrée de livres jusqu’au plafond et qui admettait tout juste la présence d’une chaise » [1].  (...)


Page suivante


| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Pierre Lefranc avait ses attaches en Corrèze
Pierre Lefranc est mort. L’un des barons du gaullisme s’est éteint le 7 janvier 2012. L’occasion pour Arkheia d’exhumer de ses archives l’entretien qu’il nous avait accordé dans notre numéro 7-8-9 dédié au gaullisme et à l’antigaullisme dans le Sud-Ouest. (n°7-8-9). Notre correspondant en Corrèze Gilbert Beaubatie nous rappelle également que l’ancien résistant gaulliste avait ses attaches dans le Sud-Ouest, plus particiulièrement à Brive.
De l’exil à la mort : le désespoir (...) Les derniers mois de la vie d’Azaña sont marqués par le drame et la désespérance. Le drame d’un homme et le drame d’un peuple, car on ne peut évidemment séparer les deux : la défaite de la République et (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia