Arkheia, revue d'histoire

Staline assassine la Pologne par A. Viatteau

Par Nicole Roger-Taillade
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Critiques de livres
Auteur : Nicole Roger-Taillade maître de conférences en littérature à l’université Toulouse-Le-Mirail.

(...) par les soviétiques, comme en 1939, les déportations continuaient. Après la capitulation, la " terreur communiste " s’abattit sur la Pologne " libérée ", faisant 200.000 victimes entre 1945 et 1956, chiffre à augmenter de 250.000 personnes condamnées sans jugement au travail forcé (p.268). En 1945, les soviétiques réussirent à attirer à Moscou les chefs de la résistance polonaise, ils les en levèrent et les firent passer en jugement : ce " Procès des Seize " fut une arme de propagande destinée à faire oublier à l’Occident que la Pologne avait, pendant toute la guerre, combattu dans le camp des alliés -alors même que la participation de la Pologne à la seconde guerre mondiale se situe " en quatrième place, quant aux effectifs, après l’URSS, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne " (p.175). Tels sont les faits, minutieusement décrit par Viatteau, qui démontrent à l’évidence la volonté d’extermination des forces et des valeurs polonaises par le pouvoir soviétique. Or, ne cesse de rappeler l’auteur, ces faits sont connus depuis des décennies. " Tout a été dit à partir de 1942. Nous ne découvrons pas grand chose. Les archives soviétiques et occidentales confirment seulement, en s’ouvrant, que l’on savait tout ", remarque-t-elle p.112 (voir aussi p. 53,66,70,95,136,179...). Viatteau se réfère à des documents d’archives soviétiques et communistes de Pologne, qui, pour un grand nombre, ont été publiés en Pologne depuis le début des années 1990 (les notes en font foi), mais également à des fonds d’archives occidentales, dont certains étaient " disponibles depuis 1948 à Washington " (p.68). En revanche, " les chercheurs n’ont pas encore accès " à certaines archives du NKVD, est-il dit p.166. Viatteau mentionne des institutions polonaises : la Commission centrale d’études sur les crimes contre la nation polonaise, l’Institut de la mémoire nationale (p. 275), la Commission polonaise d’archives militaires (p.33, p. 283), qui ont mené enquêtes et recherches dont les résultats sont utilisés ici. Mais il n’y a pas que les archives, il y a le long travail silencieux d’historiens qui, sans aucun espoir d’être jamais entendus ni même crus, se sont livrés à cette " chasse à la vérité ", qui leur permettait de " rétablir l’authenticité de leur histoire " (p.179) ; il y a, à côté des témoignages des survivants, les innombrables voix muettes de ceux qui sont morts sans avoir pu parler (p.249). les sources sur lesquelles se fonde Viatteau sont, on le voit, diverses, multiples, foisonnantes. L’objet du livre est double, voire triple. Il s’agit tout d’abord de restaurer l’histoire de la Pologne dans son authenticité, c’est-à-dire celle d’un pays méthodiquement et continûment agressé, violé, massacré, exterminé, non seulement par l’envahisseur nazi, mais par l’Union Soviétique, avant, pendant et après la guerre. Ce faisant, le livre dénonce, par là même, le mensonge communiste, les (...)


| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
soutenez la revue Arkheia
L’association Arkheia regroupe un collectif totalement bénévoles qui oeuvre depuis maintenant 10 ans pour collecter des archives, recueillir des témoignages de témoin clé comme d’anonyme pour mettre à jour notre histoire locale, notre patrimoine commun régional. Ce n’est que par la contribution de nos lecteurs et plus particulièrement par leur abonnement que ces recherches et surtout la publication de la revue Arkheia est rendue possible. Alors offrez Arkheia à ceux que vous aimez ! Un ouvrage offert pour chaque abonnement de soutien.
Les Tondues de 1944
Appel à contribution : Enfance (...) Ce dossier prend comme postulat qu’une partie de la paysannerie du Grand Sud-Ouest faisant fi de la propagande antisémite du régime de Vichy, a accueilli et ensuite caché des milliers d’enfants sans (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia