Arkheia, revue d'histoire

Trotsky en Corrèze, histoire d’une rumeur

Par Gilbert et Yannick Beaubatie
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Arkheia 23-24
Auteur : Gilbert et Yannick Beaubatie sont auteurs de Trotsky en Corrèze. Généalogie d’une rumeur.

Alors qu’il était pourchassé par les sbires de Staline en 1934, Léon Trotsky a-t-il trouvé refuge au château de Bity, devenu, en 1969, la propriété de Jacques Chirac ? C’est ce qu’affirment encore aujourd’hui des journalistes et la plupart des biographes de l’ancien chef de l’État, puisant dans les affabulations d’une certaine presse des années trente. Généalogie d’une rumeur sans fondement historique.

Le 15 janvier 1997, Le Canard enchaîné 2, reprenant une information du Figaro, évoquait un épisode peu connu de l’histoire corrézienne : « Le Seigneur de Bity, par ailleurs président de la République, est allé, accompagné de Madame, présenter ses voeux à ses villageois de Sarran (Corrèze). Après quoi tous deux ont dormi dans leur Château-Chirac. Un manoir au passé étrange, selon Le Figaro. Dans les années trente, il appartenait à un colonel anglais retraité de l’Intelligence Service, l’honorable William-Noël-Lucas Shadwell, qui y accueillit pendant l’hiver 1934 Trotsky pourchassé par les agents du Kominterm. Dans les greniers de Château-Chirac, le fantôme de Trotsky poursuivi par le spectre de Staline hante-t-il parfois les nuits de Bity ? » Cependant, dès le numéro suivant, le journal devait apporter un démenti à cette affirmation : « L’histoire reprise du Figaro, dans un “ Vite dit ” de la semaine dernière, selon laquelle Trotsky aurait résidé à Bity, dans le futur Château-Chirac, alors propriété d’un colonel anglais pendant l’hiver 1934, est purement imaginaire, nous affirme un lecteur du Canard. Trotsky ne pouvait être venu en Corrèze car il fut assigné à résidence par le ministre de l’Intérieur chez un instituteur de Domène, en Isère, de juillet 1934 à juin 1935, date de son expulsion vers la Norvège. Voilà donc au moins un fantôme qui ne hante pas le château de Chirac… »

Pour lire la suite... commander notre numéro en version papier ou numérique.



| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Nous recherchons des correspondants locaux !
La revue Arkheia s’intéresse à l’histoire du Grand Sud-Ouest, elle recherche des correspondants locaux pour participer à son animation et sa rédaction. Si vous avez un goût pour l’histoire de votre département ou que vous effectuez déjà des recherches sur des événements survenus durant le XXe siècle... Rejoignez-nous ! Nous recherchons particulièrement des correspondants dans l’Aveyron, Gers, les Landes, le Lot, le Lot-et-Garonne, l’Ariège, sans toutefois être exhaustifs (région Aquitain, Languedoc-roussillon, Midi-Pyrénées et Limousin). Abonnement offert à la revue pour tous les correspondants.
1940, le Sud-Ouest dans la tourmente
Edito Cette nouvelle édition d’Arkheia, disons le d’emblée, à la chance d’avoir dans ses colonnes une interview inédite et exclusive de Maurice Agulhon. L’historien et professeur au Collège de France, (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia