Arkheia, revue d'histoire

Un portrait de Jean-Louis Marteil, auteur de La Chair de la Salamandre

Par Max Lagarrigue
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Arkheia n°11-12-13

Jean-Louis Marteil fait partie de ces auteurs atypiques qui d’ambler sont attachants et sympathiques. Après un courte carrière à la Sécurité sociale puis une autre comme vendeur d’appareils photos, Jean-Louis Marteil a tout abandonné pour se lancer dans l’écriture.

Dans une conjoncture difficile où les éditeurs sont de plus en plus réticents à publier un auteur qui n’est pas connu du public, le pari était audacieux. Ce défi était à la mesure de ce méridional cadurcien. Passionné d’histoire médiévale, il “ avale ” littéralement tous les ouvrages qui paraissent sur le sujet, devenant petit à petit incollable sur cette période. C’est de là que va naître une série de romans historiques se déroulant entre l’ombre et la lumière des XIIe et XIIIe siècle. Son premier opus, “ Soleil Noir ” (Éditions Ramuel, 1996), est aujourd’hui épuisé. Suivront ensuite “ La Relique ” (Dire Éditions, 1999), et la trilogie “ Et Dieu reconnaîtra les siens ” (Éditions de L’Hydre, 2002).

Prix mémoire d’Oc Romancier prolixe, entre temps Jean-Louis Marteil a fait la connaissance du patron des éditions de L’Hydre, jeune et énergique maison d’édition installée en Dordogne. Le contact est immédiatement positif et JL Marteil prend la direction littéraire des éditions. On ne sait guère comment ce frénétique de l’écriture trouve le temps de noircir sa feuille blanche mais il publie à l’automne dernier, un roman historique, “ La chair de la Salamandre ” (Éditions de l’Hydre, 17 euros) qui connaît un succès de librairie fracassant. Fraîchement lauréate du prix mémoire d’Oc, récompense décernée par la CRAM,(1) “ La Chair de la Salamandre ” n’a pas attendu d’être auréolée de ce prix littéraire régional pour connaître l’estime du public. Déjà remarqué pour ses précédents romans, JL Marteil offre avec “ La Salamandre ” un best-seller aux éditions de L’Hydre, une des meilleures ventes de livre de la région du Sud-Ouest.

Un succè mérité

“ La chair de la Salamandre ” est un roman historique qui se déroule comme un roman policier. Dans le Cahors du XIIIe siècle, Marteil redonne vie à l’histoire oubliée des banquiers et usuriers qui formaient une caste à part, prêts à tout pour accroître leur fortune en pratiquant des taux d’usure inouïs. A une époque où l’usure est condamnée par l’Église mais nécessaire au fonctionnement du commerce, les personnages de la Salamandre sont souvent très obscurs, rarement philanthropes. A tambour-battant et soutenu, l’auteur bascule entre une atmosphère lourde et un humour décapant. “ Un monde impitoyable, dit-il, où les banquiers sont, en fait comme aujourd’hui ”. Il ajoute : “ j’ai d’ailleurs offert un exemplaire dédicacé à mon banquier sous la citation suivant : “ A mon banquier, quel qu’il soit, passé, présent et à venir ”.



| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Les suppléments d’Arkheia
Manuel Azana et la question laïque sous la direction de Jean-Pierre Amalric Avec la participation de Patrick Cabanel, Antonio Ferrer Benimelli, Hilari Raguer, Joseph Pérez, Gérard Malgat et Elvire Diaz...Commander le dès aujourd’hui
Une grève peu ordinaire : Decazeville L’Aveyron est un département à prédominance rurale qui comporte deux centres industriels : le Bassin Houiller et Millau. Les campagnes continuent à se dépeupler comme le fait remarquer Roger Béteille : (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia