Arkheia, revue d'histoire

Un prélat hors du commun : Pierre-Marie Théas, évêque de Montauban (1940-45)

Par Max Lagarrigue
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Arkheia n°7-8-9
Auteur : Max Lagarrigue est historien, directeur-fondateur de la revue Arkheia. Auteur de nombreux ouvrages dont 99 questions... sur les Français durant l’Occupation, CNDP, 2007 ; 1940, la France du repli (Privat, 2000) ; 1940, la Belgique du repli (Hainaut, 2005).

Page suivante

Évêque atypique, évêque résistant, évêque déporté, homme de caractère… les mots ne manquent pas pour qualifier le prélat qui, durant sept années, tînt avec fermeté le diocèse de Montauban. “ Évêque rouge ” pour les conservateurs, “ évêque de Guerre Froide ” pour les autres, l’homme est difficile à classer tant son itinéraire et ses choix sont atypiques. Opposé à l’occupant, opposé à l’épuration, Théas est l’une de ces rares figures, presque étrange, que Montauban a compté en cette fin de siècle.

UNE VOCATION PRÉCOCE

Né le 14 septembre 1894 à Bauzun dans les Basses-Pyrénées, le jeune Théas est issu d’un milieu de notable. Avant d’accéder à l’épiscopat, Pierre Théas passe tout son temps dans le diocèse de Bayonne. Après une mobilisation dans les combats de la Grande Guerre, il reprend ses études théologiques et est ordonné prêtre en septembre 1920. Élève au séminaire français de Rome où il séjourne durant trois ans, il est ensuite nommé vicaire à Pau. Il est appelé, par la suite, à enseigner la théologie morale au grand séminaire de Bayonne. Durant la drôle de guerre, il est à nouveau mobilisé sur la frontière pyrénéenne et accède peu après, suite au décès de Mgr Durand, à l’épiscopat dans le diocèse de Montauban.

AU CHEVET DE MANUEL AZAÑA

C’est ainsi que le destin du prêtre Théas croise le Montauban maréchaliste puis occupé. Sacré le 3 octobre 1940, le nouveau prélat montalbanais manifeste dès ses débuts une certaine dualité dans ses prises de positions. Lors de la visite montalbanaise du maréchal Pétain le 6 novembre, Mgr Théas participe a la liesse populaire en faveur du Maréchal ; ne doit-on pas signaler pour autant qu’il se déplace à plusieurs reprises au chevet du président de la République espagnole. En effet depuis juin 1940, Manuel Azaña est réfugié à Montauban. Il a pris ses quartiers à l’hôtel du Midi. Théas lui aurait même donné l’Extrême-Onction à la demande de son épouse. Manuel Azaña est décédé le 3 novembre, trois jours avant l’arrivée triomphale du “ héros de Verdun ”.

UNE RÉSISTANCE DE MOINS EN MOINS PASSIVE

Ce “ culte ” du double ou cette “ ambivalence ”, Mgr Théas va l’entretenir tout au long de sa charge. En effet, si l’évêque de Montauban appelle ses “ fidèles ouailles ”, à adhérer avec ferveur à la politique de Vichy poussant au culte du chef, ne doit-on pas souligner lorsqu’il est admis à l’Académie de Montauban, le 7 janvier 1941, qu’il rend un vibrant hommage au philosophe Henri Bergson, décédé trois jours plus tôt. Il est évident que cette manifestation publique du prélat pour le grand penseur juif n’est pas fortuite. Si cet équilibre est respecté durant les premières années du régime, Théas, à partir de septembre 1941, bascule dans une opposition de plus en plus ouverte au régime. A la faveur de (...)


Page suivante


| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Les suppléments d’Arkheia
Manuel Azana et la question laïque sous la direction de Jean-Pierre Amalric Avec la participation de Patrick Cabanel, Antonio Ferrer Benimelli, Hilari Raguer, Joseph Pérez, Gérard Malgat et Elvire Diaz...Commander le dès aujourd’hui
Les camps d'internement français
Collection "Archives du communisme" (...) Voici quatre années qu’une nouvelle collection dirigée par Stéphane Courtois et Nicolas Werth (ce dernier remplacé par Pascal Cauchy), a pour ambition de renouveler l’histoire du communisme. La (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia