Arkheia, revue d'histoire

Une grève peu ordinaire : Decazeville 1961- 1962

Par Philippe Marcy
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Suppléments
Jean Philippe Marcy est correspondant départemental de l’Aveyron IHTP et membre d’Arkheia.

Page suivante

L’Aveyron est un département à prédominance rurale qui comporte deux centres industriels : le Bassin Houiller et Millau. Les campagnes continuent à se dépeupler comme le fait remarquer Roger Béteille : « Les campagnes les plus fortement paysannes (...) se révèlent incapables d’assurer l’emploi des adolescents (...) Cependant partout, les groupes humains les plus représentatifs de la société traditionnelle : agriculteurs, artisans, petits commerçants subissent à l’évidence de nouveaux traumatismes . »

Un département modéré

Plus que d’une percée du gaullisme en Aveyron, les législatives de novembre 1958 témoignent de la permanence du courant modéré, renforcé de surcroît par son alliance avec les gaullistes... Deux indépendants sont élus : A. Boscary Monsservin et Trebosc. Un élu MRP, Dutheil, maire de Millau. A Villefranche, Trebosc triomphe de Paul Ramadier au second tour. Contesté par une fraction de la base militante socialiste, abandonné par l’électorat communiste, ce dernier ne bénéficie plus, au plan local, de l’envergure que son rôle national donnait à sa stature politique. Il perd la mairie de Decazeville sur un échec personnel l’année suivante. Rouquette avec l’étiquette du Parti socialiste autonome (PSA) le remplace. Les deux conseillers généraux du Bassin Houiller se situent à gauche : Oustry et Ramadier (SFIO). A noter la commune d’Aubin est tenue par le Parti communiste. Les deux sénateurs sont des modérés : Bonnefous, par ailleurs président du Conseil général depuis 1949, et Robert Laurens, frère de Camille Laurens. En 1961, le Conseil général est composé de 23 républicains indépendants, 2 UNR, 8 républicains populaires, 4 socialistes SFIO, 3 radicaux, 2 républicains de gauche et 1 républicain social. Decazeville et son bassin apparaissent comme un bastion rouge dans un département dont la majorité est très modérée. L’influence de l’Eglise catholique est très importante dans le département.

La Crise du Bassin Houiller

Le bassin Houiller aveyronnais a 35 000 habitants environ. La mine employait 5 200 salariés en 1945, elle en compte 2 000 en 1962. Les salaires des mineurs sont supérieurs à la moyenne des salaires aveyronnais. – 47 mineurs, sur 150 qui s’y sont présentés, ont été embauchés par l’usine de tubes Vallourec à Decazeville – 4 mineurs ont été embauchés par Vieille Montagne à Viviez – 5 mineurs ont été embauchés chez Manuval à Marcillac (à vingt kilomètres de Decazeville) – 100 à 120 reconvertis doivent être embauchés par ACTI dont c’est le début de la construction au Gua (dans le bassin de Decazeville) – 7 mineurs sont partis chez Peugeot à Sochaux – 160 mineurs ont été embauchés à la mine de Carmaux depuis 1960. Au premier janvier 1961, sur 2233 mineurs : – 1055 ont moins de 40 ans – 818 ont de 40 à 50 ans – 360 ont plus de 50 ans.

1178 (...)


Page suivante

Réagir à cet article 2 Messages de forum
  • Une grève peu ordinaire : Decazeville 1961- 1962
    8 juin 2010 22:33, par Donato Pelayo
    Vous évoquez la grève de la faim des mineurs. Vous omettez de mentionner que six fils de mineurs,à mon initiative, avaient courant décembre fait une grève de la faim salle du conseil municipal puis de l’Amicale laïque,pendant une semaine. Après être passé par l’école normale d’instituteur de Rodez, j’étais alors à Montpellier où je préparais le concours d’entrée à l’ENS.J’avais abandonné ma préparation pour venir à Decazeville où mon père , réfugié républicain espagnol,était mineur Voilà il s’agit d’un détail. Qui 50 ans après n’a plus guère d’importance.
    Répondre à ce message
    • Une grève peu ordinaire : Decazeville 1961- 1962
      5 juillet 2010 17:05, par webmaster

      Monsieur, bonsoir,

      merci pour votre message et les précisions qui apparaîtront à la fin de l’article de notre auteur. si toutefois vous aviez un témoignage avec des photos à nous transmettre nous pourrions les publier. Cordialement, Max Lagarrigue


      Répondre à ce message

| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
En vente sur ce site : Renaud Jean
Renaud Jean. Carnets d’un paysan député communiste par Max Lagarrigue. Le parcours hors du commun d’un Marmandais qui cotoya Lénine, Trotsky, Thorez...
Vichy État occitan ?
Le Midi dévasté par les inondations, (...) Les 2 et 3 mars 1930, les eaux du Tarn se déchaînent sur la cité d’Ingres et de Bourdelle. Les quartiers populaires de Sapiac et la ville basse de Villebourbon sont engloutis. Aux victimes (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia