Arkheia, revue d'histoire

Une grève peu ordinaire : Decazeville 1961- 1962

Par Philippe Marcy
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Suppléments
Jean Philippe Marcy est correspondant départemental de l’Aveyron IHTP et membre d’Arkheia.

(...) contre une conception technique de l’évaluation économique qui néglige trop les facteurs humains ». Le 3 janvier, quatre délégués du Comité Intersyndical et quatorze mineurs de fond donnant une conférence de presse à Paris qui réunit plus de cent journalistes. Le PCF a mandaté une forte délégation accusé par Midi Libre de prétendre être les moteurs de l’action. Trebosc, député modéré, est aussi présent. Le préfet est très inquiet et parle de psychose générale et indique que tout le département soutient les mineurs : « la condamnation d’une richesse traditionnelle de l’Aveyron, a provoqué et cristallisé une réaction de l’ensemble du département pour la défense du devenir de son équipement économique. La réaction des milieux agricoles (...) répond encore profondément à ce sentiment de défense de l’avenir (...) les milieux agricoles détiennent en fait la clé d’une épreuve de force éventuelle. »La préfet parle aussi de « psychoses des hommes engagés ». Selon lui, les parlementaires craignent d’être dépassés et seul Bonnefous, Président du Conseil Général, modéré, échappe à ses critiques. « [La CFTC] a réussi à convaincre la hiérarchie catholique elle-même, qui malheureusement, n’a pas été adroite. Il reconnaît enfin que l’opinion publique est manifestement décontenancée (...) » Elle ne comprend pas effectivement qu’il n’y ait pas de négociations Le 5 janvier 1962, à l’appel du Comité Intersyndical, les Unions Départemeantales CFTC, CGT, Fo, le SNI, la FEN, les autonomes, la FDSEA, le Centre des Jeunes agriculteurs, la Chambre d’Agriculture, la Chambre de Commerce et de l’Industrie, la Chambre des métiers, l’UDCA, la Fédération des coopératives de consommateurs, le PSU, le PCF, le parti radical, la SFIO, la Fédération Indépendant, la Fédération MRP, décident l’organisation d’une grande journée d’action départementale le mardi 9 janvier 1962 . Le 6 janvier, il y a une grève de solidarité dans de nombreux bassins houillers à l’appel de la CGT. Une délégation de dix mineurs du Nord et du Pas de Calais est présente. Le secrétaire CGT des mineurs de Lens déclare : « Ce qui nous étonne le plus c’est de constater votre unité syndicale (...) Nous, gens du Nord, n’avons pas encore connu de telles manifestations d’ensemble . » Le 7 janvier 1962, l’ACO, par la voix de l’un de ses permanents nationaux, Jean Monnereau, répercute l’événement dans le cadre d’une émission religieuse à la télévision. Les motivations des mineurs, les objectifs de la grève, sont exposés. La déclaration faite par l’évêque à l’occasion de Noël est citée. L’Eglise déclare aussi que l’information doit être objective : « il est opportun et nécessaire que la voix des travailleurs se fasse entendre et écouter à tous les échelons des organismes de production, c’est-à-dire au plan de l’entreprise régional, (...)

Réagir à cet article 2 Messages de forum
  • Une grève peu ordinaire : Decazeville 1961- 1962
    8 juin 2010 22:33, par Donato Pelayo
    Vous évoquez la grève de la faim des mineurs. Vous omettez de mentionner que six fils de mineurs,à mon initiative, avaient courant décembre fait une grève de la faim salle du conseil municipal puis de l’Amicale laïque,pendant une semaine. Après être passé par l’école normale d’instituteur de Rodez, j’étais alors à Montpellier où je préparais le concours d’entrée à l’ENS.J’avais abandonné ma préparation pour venir à Decazeville où mon père , réfugié républicain espagnol,était mineur Voilà il s’agit d’un détail. Qui 50 ans après n’a plus guère d’importance.
    Répondre à ce message
    • Une grève peu ordinaire : Decazeville 1961- 1962
      5 juillet 2010 17:05, par webmaster

      Monsieur, bonsoir,

      merci pour votre message et les précisions qui apparaîtront à la fin de l’article de notre auteur. si toutefois vous aviez un témoignage avec des photos à nous transmettre nous pourrions les publier. Cordialement, Max Lagarrigue


      Répondre à ce message

| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
La légende du bromure durant la Drôle de guerre
Mobilisé sur le front, Albert Lefèvre participe à la rédaction des journaux régimentaires. Destinée à maintenir le moral des troupes, cette presse le fait l’écho de l’utilisation du bromure. Une substance qui permettrait de réduire la virilité des permissionnaires.
Vichy État occitan ?
Les insurgés de 1851 dans le Sud-Ouest 1851 ? Ici ? La résistance au coup d’État du 2 Décembre voulu par « Napoléon le Petit » dans une revue consacrée à l’histoire du xx e siècle en Sud-Ouest ? Oui, car la riposte populaire et la répression qui (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia