Arkheia, revue d'histoire

Une grève peu ordinaire : Decazeville 1961- 1962

Par Philippe Marcy
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Suppléments
Jean Philippe Marcy est correspondant départemental de l’Aveyron IHTP et membre d’Arkheia.

(...) l’affirme Lajoie-Mazenc ? Les banderoles portent des slogans économiques : « Halte à la mort économique », « Encore un effort et nous retrouverons le confort », « Du travail pour tous ». Le préfet veut une fois encore affirmer son autorité, il proteste auprès du Secrétariat d’Etat, auprès du Premier Ministre, chargé de l’information, car le journal parlé « aurait inexactement indiqué que quelques défections avaient été constatées à Rodez parmi les postiers. » Le 28 janvier, le clergé prend position à nouveau. Le texte du sermon préparé collectivement est tiré à 4500 exemplaires sous forme de tracts. « Souvent le Christ parle à l’occasion d’un événement et aujourd’hui, l’Eglise nous parle. L’humain et le social doivent l’emporter sur l’économique. L’Eglise nous rappelle que la dignité des travailleurs demande que leurs voix soient entendues à tous les échelons ». La colère des mineurs monte. Ils reprochent l’attitude timorée d’un certain nombre de conseillers généraux. Centre Presse, le 30 janvier, annonce que les mineurs envisagent de faire la grève de la faim et que le Comité Intersyndical se déclare dans l’obligation d’accéder à ce désir. Le 1e février 1962, le gouvernement fait des propositions complémentaires. « A l’unanimité les délégués des chantiers ont estimé que ces conclusions étaient nettement insuffisantes . Le comité intersyndical demande le maintien d’une activité d’exploitation du fond à partir de 1965, la création, avec participation de l’Etat ou des Charbonnages, d’une mutuelle ou d’une caisse de compensation, la réalisation d’implantations d’industries nouvelles. Il demande l’ouverture de discussions directes. Le principe d’une grève de la faim est retenu.

L’absence de la FDSEA

Le 2 février, la FDSEA n’a pas été invitée par le Comité Intersyndical. « Privée de l’appui de Marcel Bruel, la tentative du Comité Intersyndical n’est pas vouée si elle prend corps à un grand succès ». Le 11 janvier, une note des renseignements Généraux indiquait que la « solidarité agissante envers les mineurs grévistes de Decazeville se transforme en une action commune de masse pour un développement d’aide aux régions sous-développées ». A la même époque, les mêmes Renseignements Généraux indiquent des divergences d’analyse entre la FDSEA et la CGT et les communistes . « Après avoir un certain temps soutenu les revendications des mineurs de Decazeville la FDSEA se détache progressivement de ce conflit . » Comment interpréter cette mutation ? Est-ce un problème de stratégie ? est-ce la volonté de ne pas apparaître à la remorque de la CGT et du PC ? Est-ce par anticommunisme, par « apolitisme » ? Le Congrès des Maires de France demande la reprise immédiate des pourparlers grâce à l’intervention de Martin, responsable communiste . La 4 février, se déroule le (...)


Réagir à cet article 2 Messages de forum
  • Une grève peu ordinaire : Decazeville 1961- 1962
    8 juin 2010 22:33, par Donato Pelayo
    Vous évoquez la grève de la faim des mineurs. Vous omettez de mentionner que six fils de mineurs,à mon initiative, avaient courant décembre fait une grève de la faim salle du conseil municipal puis de l’Amicale laïque,pendant une semaine. Après être passé par l’école normale d’instituteur de Rodez, j’étais alors à Montpellier où je préparais le concours d’entrée à l’ENS.J’avais abandonné ma préparation pour venir à Decazeville où mon père , réfugié républicain espagnol,était mineur Voilà il s’agit d’un détail. Qui 50 ans après n’a plus guère d’importance.
    Répondre à ce message
    • Une grève peu ordinaire : Decazeville 1961- 1962
      5 juillet 2010 17:05, par webmaster

      Monsieur, bonsoir,

      merci pour votre message et les précisions qui apparaîtront à la fin de l’article de notre auteur. si toutefois vous aviez un témoignage avec des photos à nous transmettre nous pourrions les publier. Cordialement, Max Lagarrigue


      Répondre à ce message

| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
D’un totalitarisme à l’autre... Les liaisons dangereuses de la Ligue des droits de l’homme
A lire : La Ligue des droits de l’homme adopta très tôt une attitude complaisante à l’égard du régime bolchevik. Retour sur l’histoire méconnue d’une certaine gauche qui, selon le mot de George Orwell, fut « antifasciste mais pas antitotalitaire ».
Les Caprices du Temps
Jean-Paul II : témoin de l’espérance (...) Prétendre -après une lecture forcément hâtive, parmi bien des besognes- faire en quelques pages le compte-rendu d’une biographie qui couvre 1174 pages, c’est trop présumer. Je préfère souligner (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia