Arkheia, revue d'histoire

Une grève peu ordinaire : Decazeville 1961- 1962

Par Philippe Marcy
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Suppléments
Jean Philippe Marcy est correspondant départemental de l’Aveyron IHTP et membre d’Arkheia.

(...) Congrès départemental de l’UNR, en présence d’André Fanton, secrétaire général adjoint du parti et de Louis Delmas, conseiller général de Salles-Curan, Secrétaire Général pour l’Aveyron. La position de ce dernier est sans nuance : « La seule chance de survie du département est de prévoir la disparition de certaines corporations pour augmenter le développement d’autres (...) L’agitation est en train de tuer la reconversion. » La motion votée parle « d’action exploitée par des agitateurs dont l’objectif est moins la défense de l’intérêt des mineurs que l’exploitation d’un mécontentement à des fins exclusivement politiques (...) Cette région doit conserver et développer ses activités, opérer dans son cadre régional les transformations nécessaires, autant que les possibilités nationales, et le marché économique le permettent. » Le même jour, l’évêque de Rodez adresse un message d’une tonalité tout à fait différente. « La grève continue, conservant son incontestable caractère de courage et de dignité (...) Cette grève est dure surtout parce que les travailleurs n’ont pas encore été entendus (...) il est opportun, voire nécessaire, que la voix des travailleurs ait la possibilité de se faire entendre et écouter (...) Nous avons tous admiré (...) l’union totale et fraternelle des travailleurs et de leurs organisations. Partout des chrétiens militants ont donné le meilleur d’eux-mêmes (...) Nul ne pourra oublier aussi la sympathie et l’entraide qui nous sont venues de toute la France (...) les orientations économiques ne peuvent entraîner le sacrifice de cette dignité aux intérêts matériels ou techniques d’organisation (...) ». Ce message stupéfait une partie du monde ouvrier peu habitué à de telles positions venant de l’Eglise. Le clergé du Bassin est solidaire et justifie sa présence : « Nous avons tous entendu un appel à être présents, nous n’étions pas en face d’un mouvement politique, mais devant une souffrance humaine longtemps contenue qui cristallisait autour d’elle l’unanimité de tous les syndicats et de toutes les classes sociales (...) La voix du Pape à travers l’encyclique Mater et Magistra nous est apparue beaucoup plus concrète et présente aux problèmes de la vie des hommes ; certains passages semblent spécialement écrits pour la situation actuelle du Bassin Houiller ». Mais la déclaration, épiscopale ne fait pas l’unanimité. « Beaucoup de fidèles ont été surpris des termes de ce texte où l’évêque de Rodez semble donner son adhésion totale aux revendications du Comité Intersyndical. Ces lignes ont porté un certain ombrage aux bourgeois et aux ruraux (...) dans le département traditionnaliste qu’est l’Aveyron, l’attitude en flèche du clergé ne manque pas de surprendre la population. »

La grève de la faim

Le 5 février, 20 volontaires commencent la grève de la faim. Centre (...)


Réagir à cet article 2 Messages de forum
  • Une grève peu ordinaire : Decazeville 1961- 1962
    8 juin 2010 22:33, par Donato Pelayo
    Vous évoquez la grève de la faim des mineurs. Vous omettez de mentionner que six fils de mineurs,à mon initiative, avaient courant décembre fait une grève de la faim salle du conseil municipal puis de l’Amicale laïque,pendant une semaine. Après être passé par l’école normale d’instituteur de Rodez, j’étais alors à Montpellier où je préparais le concours d’entrée à l’ENS.J’avais abandonné ma préparation pour venir à Decazeville où mon père , réfugié républicain espagnol,était mineur Voilà il s’agit d’un détail. Qui 50 ans après n’a plus guère d’importance.
    Répondre à ce message
    • Une grève peu ordinaire : Decazeville 1961- 1962
      5 juillet 2010 17:05, par webmaster

      Monsieur, bonsoir,

      merci pour votre message et les précisions qui apparaîtront à la fin de l’article de notre auteur. si toutefois vous aviez un témoignage avec des photos à nous transmettre nous pourrions les publier. Cordialement, Max Lagarrigue


      Répondre à ce message

| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
La légende du bromure durant la Drôle de guerre
Mobilisé sur le front, Albert Lefèvre participe à la rédaction des journaux régimentaires. Destinée à maintenir le moral des troupes, cette presse le fait l’écho de l’utilisation du bromure. Une substance qui permettrait de réduire la virilité des permissionnaires.
Vichy État occitan ?
Les insurgés de 1851 dans le Sud-Ouest 1851 ? Ici ? La résistance au coup d’État du 2 Décembre voulu par « Napoléon le Petit » dans une revue consacrée à l’histoire du xx e siècle en Sud-Ouest ? Oui, car la riposte populaire et la répression qui (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia