Arkheia, revue d'histoire

Une grève peu ordinaire : Decazeville 1961- 1962

Par Philippe Marcy
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Suppléments
Jean Philippe Marcy est correspondant départemental de l’Aveyron IHTP et membre d’Arkheia.

(...) tonnes de 1957 devront diminuer. Les ateliers d’entretien d’Aubin sont supprimés, le travail se fera à Decazeville, mais ce sera la fin de l’extraction à Cransac, et l’arrêt en 1975 de l’exploitation de la Découverte. Il prévoit des départs vers le Bassin de Carmaux, il souhaite la création d’usines nouvelles, attirées par des primes et des exonérations. Les déclarations de M. Dupont font peser de très grosses menaces dans un bassin où l’embauche est pratiquement arrêtée depuis 1948. Aussi les syndicats CGT, FO, CFTC, Cadres décident de se regrouper en comité intersyndical . Pour répondre à la crise, un meeting est organisé à Decazeville le 2 janvier 1960 à l’appel de la CGT, de FO et de la CFTC. La CGT et la CFTC exigent une politique de plein emploi et revendiquent une réduction du temps de travail (40 heures payées 48). La CFTC et FO demandent par ailleurs des mesures de reconversion. Le 29-2-1960, les responsables syndicaux, les quatre parlementaires indépendants, les conseillers généraux et quatre maires du Bassin Houiller retiennent le principe d’une manifestation à Rodez. Les commerçants sont solidaires. Ramadier ne veut pas de débordement. « Il met en garde les syndicats contre des manifestations spectaculaires qui pourraient créditer le climat social du Bassin Houiller d’un coefficient d’insécurité ». Les communistes préparent la manifestation qui aura finalement lieu le 4 avril. La municipalité d’Aubin renouvelle ses attaques contre la politique européenne et contre les dirigeants socialistes, gaullistes, MRP et modérés. Mais la CFTC et FO sont épargnées. Le préfet affirme que la reconversion se fera sans licenciements mais exprime ses réserves les plus grandes quant à l’utilité de la manifestation . Le 4 avril, le meeting de Rodez réunit 1500 manifestants d’après la préfecture. Une motion est déposée demandant des mesures spéciales, une véritable déconcentration industrielle, un statut particulier pour ceux qui se reconvertissent . Le préfet dans une lettre envoyée aux ministres de l’Intérieur et de l’Industrie conclut : « J’ai l’honneur de vous demander de bien vouloir envisager les mesures les plus favorables pour permettre la bonne exécution de l’opération de récession entreprise et l’implantation d’industries nouvelles, seule capable d’apporter une solution efficace et durable . » Pierre Poujade veut profiter de la situation pour relancer son mouvement. Il organise une conférence de presse, sous l’égide de l’Union de Défense des travailleurs de France. Avec l’ingénieur Makhonine il prétend assurer la survie du Bassin Houiller en fabriquant du carburant. Il lance de très violentes attaques contre la CECA et le Marché Commun et reprend des thèmes xénophobes. « Les arguments, le ton acerbe de Pierre Poujade, la grossièreté des termes dont il a émaillé son exposé, sa technique du « coq à l’âne » (...)

Réagir à cet article 2 Messages de forum
  • Une grève peu ordinaire : Decazeville 1961- 1962
    8 juin 2010 22:33, par Donato Pelayo
    Vous évoquez la grève de la faim des mineurs. Vous omettez de mentionner que six fils de mineurs,à mon initiative, avaient courant décembre fait une grève de la faim salle du conseil municipal puis de l’Amicale laïque,pendant une semaine. Après être passé par l’école normale d’instituteur de Rodez, j’étais alors à Montpellier où je préparais le concours d’entrée à l’ENS.J’avais abandonné ma préparation pour venir à Decazeville où mon père , réfugié républicain espagnol,était mineur Voilà il s’agit d’un détail. Qui 50 ans après n’a plus guère d’importance.
    Répondre à ce message
    • Une grève peu ordinaire : Decazeville 1961- 1962
      5 juillet 2010 17:05, par webmaster

      Monsieur, bonsoir,

      merci pour votre message et les précisions qui apparaîtront à la fin de l’article de notre auteur. si toutefois vous aviez un témoignage avec des photos à nous transmettre nous pourrions les publier. Cordialement, Max Lagarrigue


      Répondre à ce message

| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
soutenez la revue Arkheia
L’association Arkheia regroupe un collectif totalement bénévoles qui oeuvre depuis maintenant 10 ans pour collecter des archives, recueillir des témoignages de témoin clé comme d’anonyme pour mettre à jour notre histoire locale, notre patrimoine commun régional. Ce n’est que par la contribution de nos lecteurs et plus particulièrement par leur abonnement que ces recherches et surtout la publication de la revue Arkheia est rendue possible. Alors offrez Arkheia à ceux que vous aimez ! Un ouvrage offert pour chaque abonnement de soutien.
1940, le Sud-Ouest dans la tourmente
« Le Midi rouge » est - il bien une (...) A l’occasion de la parution en livre de poche de leur dernier ouvrage Histoire des gauches en France, les historiens Jean-Jacques Becker et Gilles Candar ont accepté de répondre aux questions de (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia