Arkheia, revue d'histoire

Une grève peu ordinaire : Decazeville 1961- 1962

Par Philippe Marcy
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Suppléments
Jean Philippe Marcy est correspondant départemental de l’Aveyron IHTP et membre d’Arkheia.

(...) les licenciements. Il y a quatre interventions dont celle de Bruel. Le député A. Trebosc, le Conseiller Général d’Aubin et les maires de la région sont présents . Le préfet regrette que les parlementaires soient de plus en plus sensibles aux thèses défendues par les mineurs mais reconnaît que pour les mineurs qui acceptent la reconversion, il y a un manque à gagner. « J’ai dû m’inscrire publiquement en faux contre cette thèse qui sacrifie l’avenir des jeunes en les privant d’emplois nouveaux dans une économie en expansion pour maintenir un système usé, inadapté aux temps modernes et inexorablement condamné de toute façon . » Le 24 novembre, la manifestation rassemble beaucoup de monde à Decazeville (5000 d’après la Préfecture, 8000 d’après la Dépêche). Selon le préfet, l’atmosphère est très lourde et l’ambiance est survoltée du fait de la propagande extrémiste. Mais il est intéressant de constater que le commissaire de police chef des services de sécurité publique fait une analyse différente . Il constate que plus de 15000 personnes vivent directement de l’industrialisation actuelle de ce Bassin Houiller aveyronnais (ce chiffre ne comprend évidemment pas le commerce local qui, lui, vit indirectement de cette industrialisation). « La récente manifestation du 24 novembre qui a groupé près de 5000 personnes s’est déroulée dans le calme, mais les esprits étaient tendus (...) Le calme a été observé mais les consignes données par le cartel syndical (...) avaient été celles de la non-violence (...) la plus large unité d’action a été réalisée. La grève des commerçants dans tout le bassin, la grève administrative des mairies, la position des instituteurs ayant cessé ls cours à 11 heures, le tocsin sonnant le glas, tout contribuait à donner à cette manifestation une ampleur inaccoutumée et une résonnance psychologique profonde. » Le rapport note que le Président Ramadier qui vient de mourir savait « stopper une manifestation dans les cas où elle risquait de devenir violente (...) ». Le préfet ne peut ou ne veut pas comprendre la nature et l’importance d’un mouvement qui, à ses yeux, n’est pas traditionnel. Les syndicats CGT, FO, CFTC se livrent à une lutte obscure d’influence et l’action de chacune de ces organisations est à l’origine de variations dans les positions officielles successives du comité intersyndical. Le 29 novembre le comité intersyndical préconise la mise en place de comités d’action dans chaque chantier. « Le parti Communiste dans des fins politiques qu’il poursuit et avec l’appui de la CGT pense du reste trouver dans l’installation de ces comités locaus l’unité d’action qui ne peut être créé à la tête par suite de la résistance des centrales. » La CFTC veut renforcer sa position. « L’Action Catholique Ouvrière vient de diffuser des tracts rappelant les positions des plus hautes autorités (...)

Réagir à cet article 2 Messages de forum
  • Une grève peu ordinaire : Decazeville 1961- 1962
    8 juin 2010 22:33, par Donato Pelayo
    Vous évoquez la grève de la faim des mineurs. Vous omettez de mentionner que six fils de mineurs,à mon initiative, avaient courant décembre fait une grève de la faim salle du conseil municipal puis de l’Amicale laïque,pendant une semaine. Après être passé par l’école normale d’instituteur de Rodez, j’étais alors à Montpellier où je préparais le concours d’entrée à l’ENS.J’avais abandonné ma préparation pour venir à Decazeville où mon père , réfugié républicain espagnol,était mineur Voilà il s’agit d’un détail. Qui 50 ans après n’a plus guère d’importance.
    Répondre à ce message
    • Une grève peu ordinaire : Decazeville 1961- 1962
      5 juillet 2010 17:05, par webmaster

      Monsieur, bonsoir,

      merci pour votre message et les précisions qui apparaîtront à la fin de l’article de notre auteur. si toutefois vous aviez un témoignage avec des photos à nous transmettre nous pourrions les publier. Cordialement, Max Lagarrigue


      Répondre à ce message

| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
La légende du bromure durant la Drôle de guerre
Mobilisé sur le front, Albert Lefèvre participe à la rédaction des journaux régimentaires. Destinée à maintenir le moral des troupes, cette presse le fait l’écho de l’utilisation du bromure. Une substance qui permettrait de réduire la virilité des permissionnaires.
Vichy État occitan ?
Les insurgés de 1851 dans le Sud-Ouest 1851 ? Ici ? La résistance au coup d’État du 2 Décembre voulu par « Napoléon le Petit » dans une revue consacrée à l’histoire du xx e siècle en Sud-Ouest ? Oui, car la riposte populaire et la répression qui (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia